Accueil > L’ONCFS en Région > Hauts-de-France Normandie > Actualités en Hauts-de-France Normandie > Utilisation d’appâts empoisonnés dans la nature : une pratique interdite, désastreuse pour la ...

Utilisation d’appâts empoisonnés dans la nature : une pratique interdite, ...

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Communiqué de presse - 17 juin 2019

 

 

Utilisation d’appâts empoisonnés dans la nature : une pratique interdite, désastreuse pour la biodiversité

 

Recherche d'indices  
Recherche d’indices

 

Les Agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont appréhendé début juin un homme utilisant des volailles empoisonnées pour détruire les prédateurs, sur la commune de Franqueville (Somme). Une pratique interdite et très dangereuse. Il encourt jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

 

Depuis quelques temps, des empoisonnements d’animaux étaient constatés sur le secteur de Franqueville. Les inspecteurs de l’environnement du service départemental ONCFS de la Somme ont donc engagé une surveillance de la zone concernée.

 

L’auteur présumé a rapidement été appréhendé. Un sexagénaire, président de société de chasse, utilisait des volailles empoisonnées comme appâts pour détruire les prédateurs (renards, fouines…). Il a reconnu les faits et indiqué aux inspecteurs qu’il agissait de la sorte depuis trois ans. La substance hautement toxique servant à l’empoisonnement, du Témik, a été saisie par les policiers de l’environnement.

Ce puissant insecticide, autrefois utilisé en agriculture est interdit depuis 2007. Ce biocide foudroyant a des conséquences désastreuses pour la biodiversité, notamment sur les espèces protégées et la santé humaine. Même à très faible dose, cette substance peut en effet être mortelle pour l’homme.
L’utilisation détournée d’un biocide est un délit passible de 2 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.

 

Plus généralement, il est strictement interdit d’utiliser tout poison pour la régulation des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (anciennement appelés « nuisibles »). En effet, cette pratique, non sélective, peut tuer toutes sortes d’autres animaux y compris les chats, chiens ou espèces protégées…

Pour tout signalement relatif aux atteintes à la faune sauvage et au milieu naturel, vous pouvez contacter le service départemental ONCFS de la Somme au 03.22.27.95.37. ou sd80@oncfs.gouv.fr

 

Pour télécharger le pdf du communiqué de presse :

PDF - 270.3 ko
Communiqué de presse - 17 décembre 2018 - Appâts empoisonnés