Accueil > L’ONCFS en Région > Centre Val-de-Loire Île-de-France > Actualités > Un phoque observé dans la Loire près de Tours

Un phoque observé dans la Loire près de Tours

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 
Un phoque de 80 kg a fait une sieste, sur un banc de sable de la Loire, à La Riche près de Tours, le dimanche 16 mai 2011. Un important dispositif a été déployé pour s’assurer de sa bonne santé.

Alertés par un promeneur, les pompiers se sont déployés à La Riche, face aux Iles noires. Puis des plongeurs, un expert animalier, un vétérinaire, des policiers municipaux et des agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ainsi que de la direction départementale de la protection de la population les ont rejoints.
 

Phoque sur un banc de sable de la Loire Des filets et une cage ont été préparés sur la rive, à 300 mètres du pont de Saint-Cosme. Les plongeurs sont entrés doucement dans l’eau. Le phoque de 80 kg pour 1,20 m se dorait au soleil, dodelinant régulièrement de la tête.
Quand les plongeurs et le bateau à moteur se sont approchés, le phoque s’est dressé, avant de plonger lourdement dans l’eau.
Les plongeurs ont pu suivre le phoque du regard sur plusieurs mètres et s’assurer de sa bonne santé. 


Une remontée de 250 km depuis l’Océan

« Voir un phoque dans la Loire n’est pas commun, mais voilà trois ans qu’on nous en signale », explique Stéphane Loyau, chef du service départemental d’Indre et Loire de l’ONCFS.

« Il y en a en baie de Seine, en baie de Somme... Nos craintes étaient qu’il se soit échoué parce que blessé. Mais les plongeurs l’ont observé, il avait un comportement normal. Il n’y avait donc aucune raison de le capturer. Il est dans son habitat naturel. »
 

L’animal aurait suivi les remontées de mulets, de plus en plus importantes dans la Loire. « La capture en milieu ligérien est sans doute plus simple que dans l’océan. »
S’il n’avait pas été en bonne santé, il aurait été confié au zoo de Beauval pour être soigné puis relâché.
Il s’agit d’un phoque veau marin qui a parcouru de l’embouchure de l’océan atlantique , en passant par Nantes, Angers, Saumur quelques 250 kms par le fleuve pour arriver à Tours.