Accueil > L’ONCFS en Région > Outre-mer > Actualités > La lutte anti-braconnage de tortues marines porte ses fruits

La lutte anti-braconnage de tortues marines porte ses fruits

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Protection des tortues marines en Guyane : la lutte anti-braconnage porte ses fruits

Depuis plusieurs années, les plages de Guyane font l’objet d’un véritable hold-up de la part de braconniers qui viennent y piller les milliers d’oeufs pondus par les tortues marines. Ces oeufs se négocient ensuite très cher sur un marché parallèle. Après 14 ans de lutte menée par les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans le cadre de leurs missions de police de l’environnement, l’ONCFS peut se targuer de résultats concrets, malgré les conditions difficiles dans lesquelles se font les interventions de lutte contre le braconnage.

Plan national d’action et mesures de sécurité renforcées

tortue luth Originaires de la Guyane même et du Surinam voisin, les pilleurs mènent leurs opérations de nuit sur des plages isolées. Leurs prélèvements constituent une atteinte grave à la survie de l’espèce. En 1999, on estimait que près de 80% des nids de tortues faisaient l’objet de pillages sur les plages isolées. Le ministère en charge de l’Ecologie a depuis mis en place un plan national d’action (PNA) dédié aux tortues marines en Guyane, coordonné conjointement par le WWF et l’ONCFS.
Les mesures de sécurité ont été renforcées et les agents de l’ONCFS ont reçu l’aide de renforts d’agents de l’ONCFS venus de métropole et des Antilles, ces missions de contrôle et d’intervention s’effectuant dans des conditions particulièrement difficiles. Ainsi, en 1999 puis à nouveau en 2008, des agents ont failli perdre la vie lors d’opérations de nuit sur les plages guyanaises. Des matériels d’appoint ont été mis à disposition de l’Etablissement (casques de vision nocturne, gilet pare-balles, téléphone satellite, etc.).

Partenariat entre structures publiques

Ces dernières années, pour le service concerné au sein de la Délégation interrégionale outre-mer, ces missions anti-braconnage représentaient près de 400 jours/agents durant toute la période de ponte. La Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) de Guyane et la Communauté européenne apportent leur concours financier à l’ONCFS afin de lui permettre de faire face au coût engendré. Par ailleurs, l’Office dispose également du soutien de ses partenaires naturels (CNRS, réserve naturelle, associations locales de protection de la nature).
En 2008, dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) est venu renforcer le dispositif et un service mixte de police de l’environnement a ainsi vu le jour (SMPE).

 

En 2011 et 2012, sur les plages qui font l’objet d’un suivi par les agents de l’ONCFS, le taux de pillage des nids de tortues marines est inférieur à 1%. Des résultats particulièrement satisfaisants qui ont permis à des milliers de spécimens de l’espèce concernée de voir le jour. Alors qu’on ne recensait plus que 9 000 nids de tortues marines en Guyane au début des années 2 000, 16 000 ont été recensés l’an dernier.
La saison de ponte 2013 va commencer prochainement : comme durant les années précédentes, elle fera l’objet de toutes les attentions de la part des agents de l’ONCFS qui n’ignorent pas qu’elle sera également le sujet de bien des convoitises…