Suivis de la faune en Auvergne Rhône-Alpes

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

L’Office national de la chasse et de la faune sauvage dispose de 13 réseaux qui suivent plus de 50 espèces de la faune sauvage, sur l’ensemble du territoire français. Sur la région Auvergne Rhône-Alpes, seul le réseau Ours brun n’est pas actif. Les responsables de ces réseaux sont des spécialistes, aptes à jouer un rôle d’expert dans le domaine d’activité qu’ils animent.

Au niveau de l’Auvergne, des réseaux spécifiques ont été développés : le réseau botanique, le réseau mammifères de la Loire et le réseau Cistude d’Europe.

 

Les réseaux nationaux de suivi de la faune sauvage :

  • castor Le réseau Castor suit notamment l’évolution de l’espèce sur le réseau hydrographique et conseille les plaignants en cas de dommages dus à l’espèce.
  • Le réseau Mammifères de la Loire suit la répartition du castor, de la loutre et du campagnol amphibie sur le bassin de la Loire.
  • Le réseau Oiseaux d’eau et Zones humides assure le suivi des effectifs d’anatidés et de foulques hivernant en France. Les principaux sites de la délégation régionale suivis sont les Dombes, le Rhône, le lac d’Annecy ou le lac du Bourget.
  • Le réseau Bécasse et le réseau Bécassine suivent l’évolution de la distribution et des abondances relatives de ces espèces, par le biais de dénombrements et de baguage.
  • Le réseau Oiseaux de passage ou ACT Alaudidés, Turdidés, Columbidés suit les variations d’abondance de ces espèces, ainsi que de quelques espèces associées comme la caille des blés, en période de reproduction et d’hivernage c’est-à-dire au mois de janvier et au mois de mai et juin. Les départements d’Auvergne Rhône-Alpes se répartissent les écoutes sur plus d’une centaine de circuits.
  • Le réseau Ongulés sauvages suit l’évolution de la répartition et de l’abondance relatives de chevreuil, de cerf et de sanglier, en particulier par un suivi des évaluations et des réalisations des plans de chasse.
  • hurlements de loup provoqués pour comptage Le réseau Loup Lynx permet de rendre compte des tendances d’évolution des aires de répartitions et de la démographie dans un objectif de mesurer l’état de conservation de ces deux espèces protégées
  • Le réseau Perdrix-Faisans suit l’évolution des populations naturelles de perdrix rouges et grises et de faisan.
  • Le réseau Perdrix rouge regroupe un ensemble de sites sur lesquels les populations de Perdrix rouge sont suivies annuellement.
  • Le réseau SAGIR assure la veille sanitaire de la faune sauvage. Dans les Dombes, il existe une veille pour l’influenza aviaire, par exemple.
  • Le réseau Lièvre créé en 2015 vise à centraliser les données de suivi des populations de Lièvre, à étudier la dynamique des populations et à favoriser les échanges de connaissances et d’expériences entre les gestionnaires de population et les chercheurs de l’ONCFS.
  • comptage de galliformes de montagne L’Observatoire Galliformes de Montagne : constitué de 43 organismes, l’OGM est un outil d’information au service des gestionnaires des populations et des habitats des galliformes de montagne. Il vise à recueillir et porter à connaissance, en temps réel, les données biologiques utiles dans les décisions de gestion.

 

Les réseau régionaux d’Auvergne :

 

 Réseau botanique de l'ONCFS Auvergne  réseau cistude d'Europe    Réseau mammifères de la Loire

Cohabitation réussie entre le castor et la loutre en Ardèche