Le Cerf sika

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Galerie

Cerf sika- Femelle et jeune
Cerf sika-Mâles

Cerf sika


Cervus nippon
Sika deer

 

Classe : Mammifères
Ordre : Artiodactyles
Famille : Cervidés 

 

 Cerf sika

 

Introduit en France métropolitaine

Présence en France métropolitaine :


Originaire de l’Extrême-Orient.
Introduit en Europe au 19ième siècle dans des parcs et enclos d’où certains individus se sont échappés ou ont été relâchés volontairement.
En France : premiers individus offerts par l’empereur du Japon en 1890 au Président Carnot d’où sont issus toutes les populations françaises vivant pour la plupart dans des parcs clos.

Statut juridique du Cerf sika :


Statut commerce international : aucun statut - Convention CITES 
Statut national : Espèce classée gibierarrêté du 26 juin 1987
Statut national : Espèce exotique - Arrêté du 14 février 2018  - Introduction autorisée jusqu’au 31 décembre 2020 dans les enclos au sens du I de l’article L. 424-3 du code de l’environnement et dans les établissements professionnels de chasse à caractère commercial formés de terrains clos au sens du même article.

Réglementation liée à la captivité :


Détention dans les établissements de présentation au public et dans les établissements d’élevage – arrêtés ministériels du 10 août 2004 (établissements de présentation au public - établissements d’élevage) – certificat de capacité et arrêté préfectoral d’ouverture obligatoire sans marquage des animaux.
Détention dans les établissements professionnels de chasse commerciale, parcs de chasse ou enclos cynégétiques régies par l’article L. 424-3 du code de l’environnement.

Réglementation et modes de chasse du Cerf sika :


Dans les départements de présence de l’espèce, dates d’ouverture/fermeture de chasse fixées par arrêté préfectoral
Suivant le département, l’espèce peut être soumise à plan de chasse (se référer aux arrêtés préfectoraux) ou faire l’objet de mesures de destruction administrative.

Identification et critères de détermination :


16 sous-espèces de gabarit et de morphologie très variables. Ramure peu ramifiée avec au plus 8 andouillers pour une longueur de 60 cm (chute des bois en mars-avril).
Espèce la plus « bavarde » des cervidés, surtout pendant la période d’élevage avec plus de 10 vocalisations différentes.
Très bons nageurs et capables de faire des bonds spectaculaires de 3 à 6 m.

Pelage : brun-rouge en été ponctué de taches blanchâtres. Raie dorsale noire nettement visible. Plus sombre en hiver (les taches s’estompent). Miroir et queue de 15 cm, blancs, caractéristiques. Poils plus clairs au niveau de l’arcade sourcilière également caractéristiques : donnent à l’animal un air renfrogné.
Dimorphisme sexuel : mâles plus imposants
Poids, longueur tête et corps des mâles  : 50 à 60 kg pour une longueur de 125 à 165 cm et une hauteur au garrot de 75 à 85 cm
Poids, longueur tête et corps des femelles : 28 à 40 kg, pour une longueur de 110 à 145 cm et une hauteur au garrot de 65 à 80 cm. 
Confusion possible : avec le cerf élaphe, le daim d’Europe

Biologie du Cerf sika :

Régime alimentaire : Dans son aire d’origine, consomme essentiellement du bambou, qui peut couvrir près de 80 % de ses besoins hivernaux. Possède une très grande flexibilité alimentaire lui permettant de s’adapter à des milieux très variés.
En France, base du régime alimentaire constituée de semi-ligneux (ronce), de graminées et d’herbacées, complétée par des feuillus et des résineux, voire fougères, fruits, champignons et mousses. Ecorçage fréquent en hiver.
Activité alimentaire entre le crépuscule et le lever du jour, mais plus diurne dans des milieux tranquilles. Activité alimentaire réduite en hiver.

 

Comportement social : peu grégaire qui a tendance à vivre en petits groupes de taille variable. Mâles adultes le plus souvent solitaires, mais peuvent aussi former des groupes assez instables.

En période d’élevage, femelles avec leur jeune de l’année et éventuellement celui de l’année précédente. Regroupement en harde plus importante le reste de l’année.

Taille des groupes variable selon le type de milieu fréquenté avec la moitié des populations formée de groupes de 5 à 20 individus
(milieu ouvert : hardes de 40 à 50 animaux ; milieu forestier : groupes de taille moyenne inférieure à 2 en).

 

Reproduction du Cerf sika : Etablissement des territoires de rut sur 2 à 12 ha par les mâles dominants durant l’été. Mâles dominés en périphérie de ces territoires ou dans les groupes de femelles. Rut de mi septembre à fin novembre selon les régions avec maximum d’intensité pendant la deuxième quinzaine d’octobre. Combats entre mâles souvent spectaculaires et violents, pouvant entrainer des blessures sévères, quelquefois fatales. Jusqu’à 12 femelles par mâle.

En gestation et lactation, femelles territoriales défendant leur territoire de l’intrusion des autres femelles.
Naissances des faons de mai-juin à fin août après une gestation de 31 à 33 semaines. Variabilité importante de la date de mise bas. Généralement faon unique mais jumeaux possibles. Croissance très rapide du faon avec une taille quasi adulte au 8ième mois.
Maturité sexuelle atteinte entre 16 et 18 mois.
En liberté : 70 % des femelles gestantes / en situation de confinement en parc : jusqu’à 70 % de femelles stériles.

 

Longévité : peut atteindre 20-25 ans, mais en nature les animaux ne dépassent pas 12 ans. Longévité moyenne de 8-9 ans sans différence de survie entre les sexes. Survie des faons (sex-ratio de 0.5) de 60 à 70 %.

 

Ecologie du Cerf sika :


Habitat : aime les milieux forestiers denses ainsi que les milieux humides mais peut s’adapter aux habitats les plus variés de plaines et de bosquets grâce à sa grande souplesse alimentaire. Capacité d’adaptation grande (en altitude, températures extrêmes (-40 degrés)).

Femelles fidèles à leur site de naissance avec un domaine vital de 20 à 150 ha selon les sites (en moyenne 75 ha). Jeunes mâles se dispersent jusqu’à une vingtaine de km. Domaine vital des mâles environ deux fois plus grand que celui des femelles. Domaines vitaux réduits en hiver. Pas de migration saisonnière des animaux en Europe.

 

Etudes et recherches :


Suivi de l’évolution des prélèvements cynégétiques départementaux depuis 1988 par enquêtes annuelles (enquêtes du réseau des correspondants cervidés-sanglier ONCFS-FDC jusqu’en 2003, puis du réseau cervidés-sanglier ONCFS-FNC-FDC jusqu’en 2005 et enfin du réseau ongulés sauvages ONCFS-FNC-FDC).

Deux types de données sont enregistrés, les attributions et les réalisations en parcs et enclos et hors parcs et enclos.

 

Tendances et répartition du Cerf sika en France :


Quelques populations de cerfs sika vivent à l’état sauvage (carte). Effectifs en nature pas précisément connus mais appréciés par les évolutions des prélèvements cynégétiques.

Répartition du cerf sika en France métropolitaine en 2013

Répartition du Cerf sika en France
Cliquer pour agrandir l’image

 

Evolution des prélèvements cynégétiques depuis 1988 par enquête annuelle « tableaux de chasse départementaux » (ONCFS-FNC-FDC) sur les attributions et les réalisations en parcs et enclos et hors parcs et enclos.

 

Cliquer sur le graphique pour agrandir l'image
cliquer pour agrandir le graphique

Consultez :

Répartition actuelle des ongulés sauvages
Répartition des ongulés exotiques (daim et cerf sika, depuis 2006)
Ongulés sauvages en captivité - Inventaire national 2010
Les tableaux de chasse
Fiche synthétique sur la répartition du Cerf sika

 

Menaces induites par le Cerf sika :


Développement du cerf sika à l’état sauvage à proscrire à cause du risque de pollution génétique du cerf élaphe (hybridation rare mais possible, produits féconds).
Peut causer d’importants dégâts forestiers par abroutissement et écorçage.
Risques de collisions incitant à éradiquer cette espèce.

Pour en savoir plus :

Pour télécharger le pdf du dépliant - tirer sur le lien - Ouverture dans une nouvelle fenêtre  
Dépliant « Espèces exotiques envahissantes » (2014)

Publications sur les ongulés sauvages

Autres sources :


Page INPN du Cerf sika

Bibliographie de référence :


Dvořák, J. & Palyzová, L. 2016. Analysis of the development and spatial distribution of Sika Deer (Cervus nippon) populations on the territory of the Czech Republic. Acta Universitatis Agriculturae et Silviculturae Mendelianae Brunensis 64, 1507–1515.

 

Macháček, Z., Dvořák, S., Ježek, M. & Zahradník, D. 2014. Impact of interspecific relations between native red deer (Cervus elaphus) and introduced sika deer (Cervus nippon) on their rutting season in the Doupovské hory Mts. J. FOR. SCI 60, 272–280.

 

Saint-Andrieux C., Pfaff E. & Guibert B. 2009 - Le Daim et le Cerf sika en France : nouvel inventaire. Faune sauv., 285 : 10-15

 

Senn, H. V. 2009. Hybridisation between red deer (Cervus elaphus) and Japanese sika (C. nippon) on the Kintyre Peninsula, Scotland.

 

San E., Klein F., 1995 : Les populations de Daim, de Cerf sika et d’Hydropote en France. Bulletin Mensuel de l’Office National de la Chasse, n°205, Novembre 1995.

 

Pour toute demande documentaire complémentaire, consultez les pages du service de documentation ou contactez le service par mail doc [ at ] oncfs.gouv.fr