Le Faisan commun

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Galerie

Faisan commun
Faisan commun de 2 jours
Faisan commun à 3/4 semaines
Faisan commun à 9/10 semaines
Faisan commun à 14 semaines
Faisan commun : détermination du sexe
Présence et statut (sauvage/avec lâcher) du faisan en 2008
Abondance des faisans au printemps 2008
Prélèvements déclarés par département : Tableaux de chasse pour la saison 2007-2008
Densité des coqs/100 ha en fonction du taux de boisement

Faisan commun


Phasianus colchicus
Common Pheasant
Faisan de colchide

Classe : Oiseaux
Ordre : Galliformes
Famille : Phasianidae

Sédentaire.
Présence dans toute la France métropolitaine et en Corse.

 

 Faisan de Colchide

Etat de conservation du faisan commun 


LC (Préoccupation mineure) - Liste rouge UICN mondiale
LC (Préoccupation mineure) - Liste rouge UICN européenne
LC (Préoccupation mineure) - L iste rouge UICN Oiseaux nicheurs de France métropolitaine

Rapportage Directive Oiseaux – 2013
Population nicheuse française :
Effectifs : 177 000 - 283 000 couples - tendance « en amélioration  ».
Répartition : tendance « en amélioration ».

Statut juridique du faisan commun


Statut commerce international : aucun statut - Convention CITES 
Statut européen : espèce de faune protégée – annexe III –Convention de Berne
Statut communautaire (UE) - espèce pouvant être chassée - annexe II – Vente, transport et détention pour la vente autorisés – annexe III - Directive Oiseaux
Statut national : espèce gibier dont la chasse est autorisée - Arrêté du 26 juin 1987

Réglementation et modes de chasse du faisan commun :
Dates d’ouverture/fermeture de chasse fixées par un arrêté annuel
Chasse devant soi/au chien d’arrêt/au vol/en battue/à l’arc (avec appelants)
Commercialisation autorisée (Arrêté du 20 décembre 1983)

Identification et critères de détermination

Taille : 53-89 cm
Envergure : 70-90 cm
Poids : 900-1500 g

Plumage :
Mâle : de couleur très variable à dominante rouille et ocre tâchetée de beige et de noir . Sa longue queue beige foncé est barrée de noir. Un collier blanc sépare fréquemment le corps de la tête qui est de couleur vert foncé avec reflets bleus et métallisés et des caroncules rouge vif.
Femelle : Corps beige à brun clair tacheté de brun foncé et de noir.
Distinction mâle/femelle : Différence de plumage ne laisse aucune ambigüité. Après la mue juvénile (5-6 semaines) on peut les distinguer en main. En nature identification à 8-9 semaines. 
Distinction jeunes/adultes : Apparition et renouvellement des plumes permet l’identification jusqu’à 5 mois environ en main, jusqu’à 3-4 mois en nature.

2 jours 3/4 semaines
 faisans à 2 jours  Faisan 3/4 semaines
   
9/10 semaines 14 semaines
 Faisans 9/10 semaines  Faisans à 14 semaines

 

Chant du faisan commun
Copyright : Stanislas Wroza, XC376895. Accessible sur www.xeno-canto.org/376895.

Biologie du faisan commun

Régime alimentaire : essentiellement animal pour les jeunes (fourmis, chenilles, pucerons, sauterelles, papillons et coléoptères). pour les adultes 100 - 120 g., de végétation herbacée, de bourgeons et de baies ou 50 à 60 g de graines.
Ingestion de sable grossier ou petits cailloux facilitant le broyage des aliments dans le gesier.

 

Rythme d’activité : Diurne et crépusculaire, variation selon la saison, les conditions météorologiques et l’activité sexuelle.
Lever du jour : rejoignent les zones de gagnage pour quelques heures – repos à couvert – se nourrissent à nouveau avant la nuit puis rejoignent le dortoir. Distance jusqu’à 1 km. 

Manifestation d’agression entre coqs pendant la période de reproduction.
En fin de couvaison, poules quittent le nid qu’une fois par jour, 1/2h.
Poussins et poules se nourrissent aux heures chaudes (sans rosée).
Le raccourcissement des jours en automne/hiver, incite les faisans à se nourrir toute la journée.

 

Comportement social : harems en mars et avril, composés d’un coq et de 1 à 5-6 poules. Puis la poule et ses jeunes forment une compagnie qui reste soudée jusqu’à la fin de l’été.

 

Reproduction  : mâle polygame et est accompagné de poules à la suite de combats contre d’autres faisans.

 

Nidification / ponte : mi mars.
Nid à même le sol qui contient le plus souvent 8 à 12 œufs. Seule la poule couve.
Recoquetage possible (ponte de remplacement) y compris après perte des jeunes d’un précédent nid.

 

Incubation  : 24-25 jours à partir de la ponte du dernier œuf.

 

50% des nids éclosent en moyenne.
Cause des pertes : prédation, récoltes - fauches, gel, orages, entretien du paysage, activités de loisir (cueillette muguet),.
Jeunes nidifuges, protégés par leur mère jusqu’à 4-6 semaines.

 

Survie : 40 à 80% chez les jeunes de moins de 10 semaines, chez les adultes environ 50% sur un an.

 

Domaine vital : en fonction du milieu : quelques dizaines d’hectares s’il est favorable à 100-150 ha, comportant une zone de couvert (repos), une zone d’alimentation et une zone dégagée (relations sociales). Zones d’hivernage et de reproduction peuvent être distinctes ou non selon l’individu.
Mâles défendent leur harem sur un territoire de 2-3 ha à une dizaine.

 

Ecologie du faisan commun 

Habitat : Tous les milieux situés en dessous de 800 à 1000 mètres d’altitude. Préférence pour les zones diversifiées où s’entremêlent haies, bois, bosquets friches et cultures.

Facteur limitant  : Vieux taillis, grande superficie de vieilles futaies, absence de culture et zones à dominance herbagère avec récolte de fourrage pour de l’ensilage, forte abondance de prédateurs.

 

Vers la page dédiée au bocage
Vers la page dédiée à l'habitat de plaine et collines méditerranéennes
Milieux agricoles ouverts
Prairies de fauche

Etudes et recherches à l’ONCFS 


L’ONCFS, en partenariat avec les FDC 27, 28 et 60 vient d’achever une vaste étude sur l’écologie et la dynamique de populations sauvages, publication des résultats en cours. Si plusieurs points restent à préciser pour une meilleure implantation et gestion de l’espèce à l’état sauvage, les bases sont acquises.

 

Tendances et répartition du faisan commun en France 

Données du réseau Oiseaux de passage 

Tendances :

Effectifs hivernants : tendance à la diminution depuis 2000 (suivis dans le cadre du programme « Flash », comptage en janvier) 
Effectifs nicheurs : tendance à la diminution depuis 1996 (suivis dans le cadre du programme « ACT ») 

 

Evolution de la population nicheuse du Faisan de Colchide en France

 

 

Répartition :
Son aire de répartition couvrirait environ 9 millions d’ha.
Parmi les communes dans lesquelles des lâchers sont pratiqués, le maintien de l’espèce au printemps est signalé dans 61% des cas. Pour les 39% restants, l’espèce est donc considérée comme absente malgré les lâchers. 
En l’absence de lâchers, cet oiseau gibier est observé en densité variable sur un peu plus de 1 300 communes de 31 départements, principalement en région Centre, en Picardie, en Champagne-Ardenne et dans le Nord – Pas-de-Calais.

Population nicheuse  de Faisan de Cochide - 2017

 

Consulter les cartes de l’abondance des populations nicheuses des oiseaux de passage sur le portail cartographique Carmen

et celle dédiée au faisan commun.

 

Estimation des prélèvements 
L’enquête nationale tableaux de chasse de la saison 2013-2014 a estimé que le prélèvement de faisans par la chasse était de l’ordre de 3 millions d’individus, mais l’essentiel de ce prélèvement est réalisé sur des oiseaux d’élevage.


Lâchers 
Il serait lâché annuellement plus de 10 millions de faisans selon différentes sources. Cela explique qu’il est prélevé dans tous les départements. Cela explique aussi que le cliché « faisan = gibier de tir » ait encore la vie dure auprès des chasseurs, et surtout du grand public.
Par ailleurs, des études ont montré pour certaines souches de capacités de reproduction et de survie en nature supérieures à celles utilisées autrefois. C’est le cas par exemple d’oiseaux issus de reproducteurs sauvages capturés en Chine ou en France au sein de populations naturelles depuis des décennies. L’ONCFS possède de telles souches entretenues dans son centre d’élevage des Vindrins à Auffargis et les utilise à titre expérimental ou dans le cadre de conventions de réimplantation de populations naturelles.
Les modes de lâcher ont également évolué. Le développement important des volières à ciel ouvert (volières anglaises) est favorable à la réussite des repeuplements.
De plus, la réglementation accompagnant ou suivant une reconstitution de populations (interdiction du tir, plan de chasse ou de gestion) est souvent mieux adaptée et respectée que par le passé. De ce fait, dans certains départements, le faisan naturel est passé d’une présence diffuse à une implantation sur plusieurs communes, voire régionale ou départementale. C’est notamment le cas dans la moitié nord du pays, où les efforts de gestion et de repeuplement se sont multipliés pour aboutir à des populations gérées avec succès à l’état sauvage sur de très vastes zones.

 

Menaces potentielles pour le faisan commun 

Sensibilité aux actions humaines  : période de reproduction, destruction des nids par les activités agricoles…

La prédation : renards, mustélidés, hérissons, corneilles, rapaces, pies, chats et chiens.

Conditions météorologiques  : gelées tardives et fortes précipitations

Maladies : surtout pour les populations très artificialisées résultant de lâchers d’animaux issus d’élevage en mauvais état sanitaire. Les principales maladies rencontrées sont d’origine parasitaire (coccidiose, syngamose, capillariose, hétérakidose...), bactérienne (tuberculose, infection à staphylocoques, pseudo tuberculose) ou virale (maladie de Newcastle). Les transmissions de maladies aux populations naturelles apparaissent peu fréquentes.
Faire des liens vers les pages pathologies quand elles existeront.

Propositions pour la gestion 

Gestion globale de l’ensemble des milieux qu’il occupe alternativement tout au long de l’année (par exemple le fonds de vallée et la plaine environnante) et qui peuvent dépendre de plusieurs détenteurs de chasse.

Suppression des enclaves par le biais d’une réglementation adaptée (car concentration ponctuelle sur de petites superficies attractives)
Retard de la chasse pour faciliter le développement des populations.

Aménagement de l’habitat :

Au bois :

  • Exploitation des taillis seuls ou taillis sous futaies tous les trente ans au maximum
  • Mélange des essences forestières et réduction de la taille des parcelles à quelques ha
  • Entretien et création d’un réseau d’allées et de layons
  • Résineux placés en écran en bordure de bois
  • Agrainage

En plaine :

  • Maintien ou aménagement de boqueteaux aménagés

Dans les bocages :

  • Maintien et entretien de larges haies et de bosquets

Zone humide :

  • Fauchage, girobroyage partiels des roselières

Grandes zones incultes faiblement boisées :

  • Action visant à maintenir ou recréer une activité agricole

Pour en savoir plus 

Publications de l’ONCFS sur le faisan commun :

Pour télécharger le pdf - Cliquer sur le lien - Ouverture dans une nouvelle fenêtre

Dépliant Le faisan commun (2019)

 

Page publications Faune sauvage et rapports sur les galliformes

 

Autres sources 


Page INPN du faisan commun (lien vers https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/3003)

 

Bibliographie de référence 

  • Mayot P. (2017). L’identification des prédateurs de nids du faisan commun : pas si simple. L’apport du piégeage photographique. Faune sauvage 314 : 4-9.
  • Mayot P., Peltier D. (2015). Estimer le rapport des sexes pour améliorer la gestion du faisan commun. Faune sauvage 307 : 12-16
  • Mayot P.& Crosnier A.(2012). –Le faisan commun en France : statut de l’espèce en 2008.Faune Sauvage, 295 : 29-32.
  • Mayot (2003). – Repeuplement de faisans en été : volière à ciel ouvert ou petite volière de pré-lâcher ? Faune Sauvage, 258 : 15-19. Mayot P. & F. Biadi (2000).
  • Mayot P., C. Camus & O. Lenormand (1997). – Adaptation en nature de différentes souches de faisans. Bulletin Mensuel de l’O.N.C., 221 : 18-23.
  • Biadi F. & P. Mayot (1990). – Les faisans. Hatier. Paris. 212 pp.

 

Pour toute demande documentaire complémentaire, consultez les pages du service de documentation ou contactez le service par courriel