Accueil > Espace Presse / Actualités > "Do you speak bauju ?", ou l’aventure d’étudiants venus des cinq continents au pays des ...

"Do you speak bauju ?", ou l’aventure d’étudiants venus ...

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

"Do you speak bauju ?", ou l’aventure d’étudiants venus des cinq continents au pays des Chamois.

 

 

Des étudiants de seize pays venus participer à la conférence conjointe de la Wildlife Disease Association (WDA) et de sa branche européenne (EWDA), organisée par VetAgro-Sup Lyon du 22 au 27 juillet 2012, ont eu la chance unique de … capturer des chamois !

Quarante quatre participants étrangers fraîchement débarqués de leurs avions et trains respectifs, encadrés par 16 étudiants vétérinaires français, organisateurs bénévoles, sont arrivés en car à Ecole (Savoie), porte de la Réserve Nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges, point de départ de « l’expédition »,le samedi 21 juillet 2012.

Sac de couchage et tapis de sol attachés à leur sac à dos, les « randonneurs » ont rejoint leur camp de base préparé par Jean-Michel Jullien, technicien du CNERA Faune de Montagne. Sous un chapiteau reconverti en dortoir commun, la nuit fut courte, fraîche (5°C) et le confort sommaire. 

 

Mais l’enthousiasme était palpable lorsqu’à 5h30 le groupe, rejoint par le Dr Philippe Gibert, vétérinaire au CNERA FM, débutait l’ascension du Mont d’Armenaz : 800m de dénivelé à parcourir silencieusement pour atteindre le site de capture.

La RNCFS des Bauges

A 1900m d’altitude, Jean-Michel surveillait le piège aux jumelles et quelques mètres en aval, discret, le groupe d’étudiants profitait de la vue panoramique sur la chaîne de Belledonne et la Meije ensoleillées.

 

Le piège utilisé pour la capture des chamois et mouflons a été développé par l’équipe des Bauges entre 1995 et 1997. Un filet de 81m² monté sur un cadre métallique et suspendu à un poteau de réverbère, peut être libéré à distance grâce à une télécommande. Il recouvre dans sa chute les animaux appâtés par du sel.

 

La manipulation des animaux captifs doit être la plus brève possible pour limiter le risque de myopathie de capture associée au stress, qui peut être débilitante voir fatale.
Les étudiants étrangers ont ainsi participé aux prélèvements de sang pour un screening sérologique de fièvre Q, chlamydiose, pestivirus, toxoplasmose, salmonellose abortive ovine et fièvre catarrhale sur trois chamois femelles adultes et un chevreau capturés.
Les prélèvements de fèces seront soumis à l’analyse coproscropique et les tiques, dénombrées et collectées, seront identifiées à l’espèce. Pour le volet parasitologique, une base de référence permettra à terme d’évaluer l’influence de différents facteurs dont le réchauffement climatique ou la cohabitation multi-espèces, sur le parasitisme. 

La pesée, la mesure des cornes et d’un membre postérieur servent à connaître la condition corporelle des animaux, révélatrice de la disponibilité des ressources alimentaires. 

 

L’état de lactation des femelles apporte des renseignements sur leur statut reproducteur.

 Philippe Gilbert mesure un membre postérieur d'un chamois
Philippe Gilbert mesure un membre postérieur

Les animaux ont été équipés d’un collier visuel et de boucles d’identification auriculaires.

 

Maryline Pioz (CIRAD Montpellier) et Elsa Jourdain (INRA de Theix) qui ont réalisé leur travail de thèse dans les Bauges ont pu partager leurs expériences respectives.

L’équipe de la WDA remercie chaleureusement Mérial et la F. R. C. de Rhône-Alpes pour leur soutien financier.



Dr Maëlle Gouix, Dr Philippe Gibert, J.M Jullien

 

 

A Lyon, la conférence avait pour thématique la convergence des disciplines médicales humaines et vétérinaires avec les sciences de l’environnement, prônée par le concept One Health, pour la santé des écosystèmes.

Plus de 500 participants de 57 nationalités se sont penchés sur ces questions, avec 70 intervenants et 350 posters scientifiques exposés, ce qui est un record de fréquentation pour ce congrès.

Présentations de la conférence téléchargeables en PDF