Accueil > Espace Presse / Actualités > L’ONCFS, un acteur incontournable pour la connaissance et la gestion de l’oie ...

L’ONCFS, un acteur incontournable pour la connaissance et la gestion de ...

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Dossier : L’ONCFS, un acteur incontournable pour la connaissance et la gestion de l’oie cendrée

 

Depuis plusieurs décennies, la possibilité de chasser l’oie cendrée au mois de février fait l’objet de débats, de controverses et même de contentieux juridiques. Etablissement public technique de référence sur la faune sauvage, ses habitats et ses maladies, l’ONCFS s’est toujours attaché à apporter des connaissances solides et objectives en appui au débat public : la connaissance de l’oie cendrée en particulier a fait l’objet de nombreux travaux de suivi et de recherche depuis les années 1980.

 

La chasse des espèces migratrices est encadrée par la directive européenne sur les oiseaux. Celle-ci prévoit que la période de chasse doit se clore lorsque la migration prénuptiale commence.

En 2009, une étude (Fouquet et al. 2009) sur la migration prénuptiale de l’espèce publiée dans la revue scientifique internationale Wildfowl montre une précocité croissante de ce phénomène, sans doute sous l’effet synergique du changement climatique et de modifications dans les pratiques de gestion des territoires, tant dans les zones de nidification d’Europe du Nord que dans celles d’hivernage de la péninsule ibérique : les oies qui commençaient à migrer le long des côtes Atlantiques françaises vers le 10 février au début des années 80 le faisaient courant janvier au milieu des années 2000.

 

Graphique des observations des migrations d'oies

Pour en savoir plus : Greylag Geese Anser anser depart earlier in spring : an analysis of goose migration from western France over the years 1980–2005

 

En 2014, l’établissement, à la demande du ministère chargé de l’Ecologie, publie le rapport d’un programme partenarial de trois ans sur l’espèce. Reprenant la méthode de Fouquet et al. (2009) étendue à l’ensemble de la voie de migration Manche-Atlantique, celui-ci conclut à nouveau à un démarrage de la migration prénuptiale dès le mois de janvier.

 

Pour en savoir plus : Consulter le rapport "Amélioration des connaissances sur l’Oie cendrée en France"

 

Depuis 2009, le Groupe d’experts sur les oiseaux et leur chasse (GEOC), composé de membres indépendants nommés par le ministre chargé de l’Ecologie, a été régulièrement consulté sur cette question et n’a jamais conclu autre chose.

 

 

Fin 2017, le ministère chargé de l’Ecologie a saisi le Conseil scientifique (CS) de l’ONCFS pour évaluer si une étude conduite par l’Institut scientifique Nord-Est-Atlantique (ISNEA) et Oiseaux migrateurs du paléarctique occidental (OMPO) et soumise par la Fédération nationale des chasseurs pouvait amener à remettre en question ces résultats. Constitué de scientifiques indépendants français et étrangers nommés par les ministres chargés de l’Ecologie et de l’Agriculture, ce Conseil a des compétences larges comme le prévoit le code de l’environnement (article R421-15).

 

Pour en savoir plus : Rapport ISNEA OMPO - Contribution à la connaissance de la migration prénuptiale de la population d’oie cendrée du nord-ouest de l’Europe

 

Cette évaluation s’est déroulée en deux temps. Dans un premier temps, un audit conduit par Jean-Dominique Lebreton, directeur de recherche émérite au CNRS et membre de l’académie des Sciences, Jean-Michel Gaillard, directeur de recherche au CNRS et président du conseil scientifique de l’ONCFS, et un expert extérieur, Leif Nilsson, professeur émérite à l’université de Lund (Suède), a permis de préparer un rapport préliminaire. Celui-ci a ensuite été discuté, complété et finalisé en séance plénière du Conseil, au cours de laquelle les auteurs du rapport ISNEA-OMPO ont pu présenter leur approche et leurs résultats et échanger avec les membres du CS.

 

Pour produire son propre rapport d’évaluation, le CS a souhaité examiner les données disponibles au-delà du rapport produit par ISNEA et OMPO afin d’apporter une réponse aussi solide que possible aux questions posées par le Ministère. S’appuyant sur de multiples approches (observations de vols, balises GPS, suivi d’individus marqués par des colliers), il est bien en mesure de conclure que la migration des oies cendrées commence dès le mois de janvier.

 

Graphique représentant le nombre d'Oies cendrées en vol  dans l'Ouest de la France et dans la Somme

 

Nombre d’Oies cendrées en vol dans l’Ouest de la France et dans la Somme, par décade à partir du premier janvier (cumul des années 2012, 2013 et 2014).
Figure extraite du rapport du Conseil scientifique ; données fournies par le Réseau Oiseaux d’Eau Zones Humides dans le cadre du projet ayant conduit au rapport Schricke, V (2014).

 

Pour en savoir plus : Avis du Conseil Scientifique de l’ONCFS suite à la saisine du ministère de la Transition écologique et solidaire du 13 novembre 2017

 

CAU
Crédit photographique : Leif Nilsson

 

En parallèle, l’établissement public demeure pleinement mobilisé sur la gestion de cette espèce. Il participe activement aux travaux de la récente plateforme de gestion de l’oie cendrée mise en place au niveau de l’ensemble de la population ouest-européenne, sous l’égide l’Accord international pour la conservation des oiseaux d’eau d’Afrique et d’Eurasie (AEWA).

En 2018, son implication s’intensifie avec le recrutement d’un jeune chercheur (post-doctorat) qui se consacrera entièrement aux travaux de modélisation conduits par le consortium de recherche européen que pilote l’université d’Aarhus (Danemark), et ce afin d’évaluer l’efficacité des différentes approches envisagées pour réduire les dégâts et nuisances occasionnés par l’essor remarquable de la population d’oies cendrées qu’on observe depuis les dernières décennies.

 

PDF - 412.9 ko
Avis du Conseil Scientifique de l’ONCFS suite à la saisine du ministère de la Transition écologique et solidaire du 13 novembre 2017
412 Ko

PDF - 539.5 ko
Greylag Geese Anser anser depart earlier in spring : an analysis of goose migration from western France over the years 1980–2005
540 Ko

PDF - 2.8 Mo
Amélioration des connaissances sur l’Oie cendrée en France
2,8 Mo

PDF - 2.2 Mo
Contribution à la connaissance de la migration prénuptiale de la population d’oie cendrée du nord-ouest de l’Europe
2.2 Mo