Accueil > Espace Presse / Actualités > La progression numérique et spatiale des ongulés sauvages en France

La progression numérique et spatiale des ongulés sauvages ...

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Articles associés

 

Le réseau « ongulés sauvages ONCFS-FNC-FDC » et le suivi de la progression numérique et spatiale de ces espèces en France

 

Un bref rappel sur l’historique du réseau est tout d’abord indispensable pour bien comprendre comment s’est construit en 25 ans ce réseau national d’observation des ongulés sauvages.

 

Toutes les espèces d’ongulés sauvages de plaine et de montagne présentes en France sont concernées, à savoir :

  • le cerf (Cervus elaphus),
  • le chevreuil (Capreolus capreolus),
  • le sanglier (Sus scrofa),
  • le daim (Dama dama),
  • le cerf sika (Cervus sika nippon),
  • le chamois (Rupicapra rupicapra rupicapra),
  • l’isard (Rupicapra pyrenaica pyrenaica),
  • le mouflon de Corse (Ovis gmelini musimon),
  • le mouflon méditerranéen (Ovis gmelini musimon x Ovis sp.)
  • le bouquetin (Capra ibex ibex).

 

Vous trouverez dans ce rapport le résultat des principales enquêtes mises en place pour :

  1. suivre géographiquement l’évolution des ongulés sur le territoire national, aussi bien au niveau des aires occupées que des effectifs estimés,
  2. produire chaque année des statistiques sur les tableaux de chasse.

Les questions scientifiques qui en découlent sont principalement à l’heure actuelle de savoir si ces statistiques de chasse sont représentatives de l’évolution des populations. Des réflexions en cours sur ce sujet, élaborées avec des statisticiens, seront présentées.

 

Le réseau tente de répondre principalement à deux grandes questions :

  • quelle est la progression géographique des ongulés sauvages en France ?
  • quelles sont les progressions numériques des effectifs d’ongulés en France ?