Accueil > Espace Presse / Actualités > Le castor s’installe en Ile-de-France

Le castor s’installe en Ile-de-France

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Le castor s’installe en Ile-de-France

 

Après la découverte de quelques rares indices de présence durant l’année 2016 dans la vallée de l’Essonne par le Syndicat intercommunal d’aménagement, de réseaux et de cours d’eau de l’Essonne (SIARCE), l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a organisé une campagne de prospection sur les rivières de la région et confirme aujourd’hui le retour de l’espèce.

 

Castor d'Europe - copyright Sylvain Richier ONCFS

Castor d’Europe © Sylvain Richier / ONCFS


L’ONCFS, qui est en charge du suivi de l’espèce au plan national depuis 1987 à la demande du ministère en charge de l’Ecologie, s’est entouré de près d’une quarantaine de structures partenaires (associations naturalistes, syndicats de rivières, établissements publics, parc naturel régional, conseils départementaux, fédérations de chasse et de pêche, réserves naturelles,…). Des réunions d’informations, des conférences et des formations de terrains ont été organisées par des spécialistes de l’ONCFS afin de former les personnels de ces structures et développer un réseau de correspondants sur le castor en Île-de-France.


En moins d’un mois, près de 90 km de berges, de cours d’eau et d’étangs ont été prospectés. Chaque jour de prospections a permis de découvrir des indices de la présence du plus gros rongeur d’Europe. Ecorçages, coupes d’arbres, crottes, empreintes sont autant d’indices trahissant la présence de l’espèce sur nos cours d’eaux.

 

Découverte d’indices de présence de castor par les agents de l’ONCFS. © Paul Hurel / ONCFS

Découverte d’indices de présence de castor par les agents de l’ONCFS.

© Paul Hurel / ONCFS


Plus d’une soixantaine d’indices de présence ont été découverts entre Le Malesherbois, à la limite du Loiret, et le sud de Corbeil-Essonnes (voir carte jointe). L’indice de présence le plus révélateur est un terrier-hutte, érigé dans le marais du Grand Montauger dans la commune de Lisses. Cette construction lui servant pour se reposer en journée et pour se reproduire au printemps laisse présager l’installation d’une famille dans les prochains mois. Ces secteurs seront donc particulièrement suivis cette année afin de confirmer le premier cas de reproduction du castor en Ile-de-France depuis plus de deux siècles. 

 

 Terrier hutte découvert dans le marais du Grand Montauger.  © Paul Hurel / ONCFS

Terrier hutte découvert dans le marais du Grand Montauger. © Paul Hurel / ONCFS


Protégé depuis 1968 au niveau national, le castor d’Europe continue donc de recoloniser le territoire après avoir quasiment disparu de France à la fin du XIXème siècle. Sur les communes de présence de l’espèce, un arrêté préfectoral interdit l’utilisation de certaines catégories de pièges afin de veiller à sa protection.


Très proche d’une autre espèce de rongeur aquatique qu’est le ragondin, le castor se différencie très nettement de ce dernier, par sa queue plate et écailleuse, ainsi que sa taille deux à trois fois supérieure.

 

Carte de répartition du Castor d’Europe sur la vallée de l’Essonne.  Source : Réseau castor ONCFS

Carte de répartition du Castor d’Europe sur la vallée de l’Essonne.
Source : Réseau castor ONCFS