Accueil > Espace Presse / Actualités > Maladies virales des lapins et des lièvres

Maladies virales des lapins et des lièvres

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Le point sur les épidémies de VHD* et d’EBHS* de l’automne 2010

 

Au cours de l’automne 2010 de sévères épidémies de VHD sur lapins et d’EBHS sur lièvres ont été enregistrées dans le nord de la France.

 

Les fortes épidémies de VHD sont dues à l’émergence d’une nouvelle souche virale génétiquement très distante des souches connues jusqu’à présent. Elle a tout d’abord été détectée en élevage, puis rapidement en nature.
L’immunité induite par les souches classiques ne protège que partiellement contre cette nouvelle souche. En élevage, les vaccins qui protègent contre les souches classiques pendant 6 mois à un an selon le vaccin utilisé ne semblent pas protéger plus de 2-3 mois contre cette nouvelle souche.
Son impact en nature semble assez contrasté : certaines populations sont fortement
atteintes alors que d’autres n’enregistrent que de faibles mortalités. Un programme d’étude est actuellement mis en place par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et ses partenaires scientifiques (ANSES* et ENVT*).

Les cas d’EBHS de l’automne 2010 ont une origine toute différente. Il s’agit de l’arrivée dans le nord de la France d’une souche virale connue qui était apparue en 2004 dans le sud-est et qui avait à l’époque provoqué des mortalités importantes.
Il est probable que de tels évènements se reproduiront encore à l’avenir mais on peut limiter leur impact en réagissant rapidement par une gestion appropriée de la
chasse (comme par exemple en Ille et vilaine en 2010 où les prélèvements ont été suspendus).

Enfin, des cas d’atteintes oculaires évoquant la myxomatose ont été détectés chez des lièvres. Ce sont des cas isolés, mais plus fréquents que les années précédentes. Les premières investigations menées montrent que l’agent responsable est de la même famille que le virus de la myxomatose mais nous ne pouvons pas encore affirmer qu’il s’agit du même virus. Des travaux complémentaires sont en cours.

 

Consulter la totalité du communiqué de presse

 

* Viral Hemorrhagic Disease
* European Brown Hare Syndrome
* Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail
* Ecole nationale vétérinaire de Toulouse