Accueil > Espace Presse / Actualités > Parution du livre Oiseaux de Mauritanie

Parution du livre Oiseaux de Mauritanie

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Galerie

Rollier d’Abyssinie ©photo M. Benmergui
Aigrette des récifs
Busard des sauterelles
Dendocryne veuf
traquet à tête blanche
Faucon lanier
Guépier de Perse
Courvite à ailes bronzées
Kour

couverture Oiseaux de Mauritanie Ce très bel ouvrage est un des fruits de l’investissement durable de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage en Mauritanie, notamment dans la mise en oeuvre des dénombrements hivernaux des oiseaux d’eau.
Il est également le fruit d’un transfert de compétences initié par l’ONCFS dont la meilleure preuve est sans doute la participation de quatre cadres mauritaniens à cet ouvrage.

Le livre "Les oiseaux de Mauritanie" est édité par la SEOF, avec le concours de la Tour du Valat, de la Fondation Internationale du Banc d’Arguin, de MAVA Fondation pour la Nature, du Centre d’Ecologie Fonctionnel et Evolutive (CEFE) et de l’ONCFS.
Paul Isenmann, ornithologue de renom, est l’initiateur du projet, Maurice Benmergui de l’ONCFS (DER/CNERA AM), le second auteur et illustrateur.

506 espèces d’oiseaux, en français et en anglais
L’ONCFS démontre que sa part de compétences s’est largement ouverte à la biodiversité dans sa totalité : le livre fait le point des connaissances actuelles concernant 506 espèces d’oiseaux.

Il est rédigé en français et en anglais.
Il est actuellement en vente au prix de 38 €, hors frais d’envoi, sur commande à : MNHN-SEOF, BP 51, 55 Rue Buffon, Cedex 05, 75231 Paris.

L’avifaune, un indicateur fiable
Un pays désertique, la Mauritanie ? Sans aucun doute.
Mais un désert particulièrement vivant, d’hommes et de traditions, d’une faune et d’une flore que les scientifiques précisent ou redécouvrent, au fur et à mesure de la prise de conscience des enjeux universels relatifs à la conservation de la biodiversité et au maintien de conditions de vie humainement acceptables dans un environnement particulièrement rugueux.

La connaissance, la conservation et la gestion du patrimoine que constituent les zones humides et l’eau au Sahel mauritanien sont un enjeu de ce début du XXIème siècle. En l’absence de grands mammifères sauvages, remplacés par un vaste troupeau domestique, l’avifaune s’y avère l’indicateur le plus fiable du bien-fondé d’un processus entre programmes de développement et plans de gestion d’aires protégées.

Les Parcs Nationaux mauritaniens, lieux privilégiés
Il serait par trop réducteur de limiter l’intérêt biologique de la Mauritanie au célébrissime Parc National du Banc d’Arguin, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco, et lieu privilégié de l’hivernage de centaines de milliers d’oiseaux migrateurs paléarctiques.

 

Le plus jeune Parc National du Diawling, situé dans le delta du Sénégal est intégré officiellement en 2009 dans une Réserve de Biosphère Transfrontalière, partagée avec le Sénégal (et le Parc national du Djoudj). Il impose sa spécificité sahélienne au carrefour des rencontres d’une avifaune aquatique et terrestre, des migrateurs européens arrivés à destination et des résidents tropicaux.

Un inventaire attendu par la communauté scientifique
Depuis les milieux minéraux du Sahara Central jusqu’à l’insoupçonnable diversité de zones humides temporaires ou permanentes du sud et de l’est du pays, les auteurs de cet ouvrage recensent donc plus de 500 espèces d’oiseaux : sahariens, tropicaux, paléarctiques, littoraux et deltaïques.

 

Ce nouvel inventaire s’inscrit dans la lignée des précédents traitant de l’avifaune algérienne et tunisienne, édités par la SEOF, toujours à l’initiative de Paul Isenmann. Il était attendu par une communauté scientifique et naturaliste, tant européenne qu’africaine.