Accueil > Espace Presse / Actualités > Perdrix : encore un mauvais cru en 2012

Perdrix : encore un mauvais cru en 2012

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Articles associés

Les deux espèces de perdrix, grises et rouges, sont concernées par la baisse des populations.

Après deux années de très bonne reproduction, les perdrix grises ont à nouveau connu en 2012 un mauvais printemps et se sont très mal reproduites dans un grand nombre de régions.
Leurs effectifs, sans doute en net recul à l’ouverture de la chasse par rapport à l’an passé, risquent d’être en grande partie constitués d’adultes. Les jeunes, peu nombreux, sont par ailleurs souvent nés plus tardivement qu’en année normale.

perdrix grises

C’est la conclusion à laquelle sont arrivés les professionnels des Fédérations Départementales des Chasseurs et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour la perdrix grise dans le Bassin parisien, mais aussi pour la perdrix rouge dans la région Centre (1). D’après les constatations faites pour cette espèce en milieu méditerranéen (2), la situation n’y est pas meilleure.

Les conditions climatiques du printemps en cause

Afin de calculer les possibilités de prélèvement, des observations ont été réalisées cet été. Elles montrent que le nombre de jeunes rapporté au nombre d’adultes est très souvent parmi les plus faibles jamais enregistrés jusqu’alors.
Les mortalités naturelles des adultes risquent de ne pas être compensées. Les conditions climatiques du printemps sont de toute évidence en cause.
Ainsi, dans le Bassin parisien, c’est un temps frais avec des précipitations incessantes qui a dominé, notamment en juin, en pleine période d’éclosion.
En milieu méditerranéen, la longue période de grand froid, l’hiver dernier, conjuguée à une longue période de sécheresse en fin d’hiver, jusqu’en avril, ont pu impacter la condition physique des oiseaux et les ressources alimentaires disponibles en période de reproduction.

 

Les chasseurs devront donc se montrer très prudents dans les prélèvements pour préserver les populations sauvages. Il faut ainsi rappeler que grâce aux efforts de gestion réalisés depuis de nombreuses années, la France a su préserver les plus belles populations sauvages de perdrix grises d’Europe.

 

(1) Données collectées dans le cadre du réseau d’observation perdrix-faisans ONCFS-FNC-FDC

(2) Réseau de sites « Perdrix rouge » rassemblant de nombreux partenaires et coordonné par l’ONCFS.