Accueil > Espace Presse / Actualités > Peste porcine africaine : l’ONCFS forme à la surveillance sur le terrain

Peste porcine africaine : l’ONCFS forme à la surveillance sur le ...

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Communiqué de presse - mardi 25 septembre 2018

 

Peste porcine africaine : l’ONCFS forme à la surveillance sur le terrain

 

Sanglier (c) Stéphane Beillard / ONCFS

Sanglier - copyright Stéphane Beillard / ONCFS
 

Des cas de peste porcine africaine ont été déclarés le 13 septembre dernier, en Belgique, près de la frontière française. L’Unité sanitaire de la faune de l’ONCFS a organisé en urgence, dans le cadre du réseau SAGIR1, une formation des agents de terrain à la surveillance de la Peste Porcine Africaine (PPA) pour les quatre départements concernés par la mise à en place de la Zone d’observation (ZO) et de la Zone d’observation renforcée (ZOR) suite à la déclaration de foyers de cette maladie en Belgique.

Cette formation organisée avec la contribution de la FNC, et l’appui de la Direction Régionale Grand-Est de l’ONCFS, de la Fédération Régionale des Chasseurs et de la Fédération des chasseurs de la Meuse, a réuni près de 80 participants, principalement des agents des services départementaux de l’ONCFS et des quatre fédérations départementales de chasseurs (Ardennes, Meuse, Meurthe-et-Moselle et Moselle). Des louvetiers, des agents de l’ONF et des services territoriaux de l’Etat étaient également présents. Le laboratoire vétérinaire et alimentaire départemental de Meurthe-et-Moselle (LAVD 54), acteur du réseau SAGIR, a été partie prenante de cette formation.

L’objectif de ces formations théoriques est de permettre aux personnes concernées d’être capables d’organiser la surveillance, de mener une recherche active de cadavres de sangliers, et de prendre les précautions nécessaires pour recueillir les données d’observations et réaliser les prélèvements biologiques pertinents. Elles ont été suivies de sessions pratiques pour que les agents de terrain soient en mesure de réaliser ces prélèvements sur des cadavres de sangliers en respectant les mesures de biosécurité indispensables pour éviter, si la maladie était présente, de la propager. La priorité dans les semaines à venir est de s’assurer que la maladie n’a pas diffusé au-delà du massif forestier où elle a été détectée en Belgique. Sur la ZOR et la ZO, il s’agit donc de mobiliser largement les observateurs du réseau SAGIR mais également d’autres acteurs de terrain susceptibles de découvrir et signaler des cadavres de sangliers (agents de l’ONF, lieutenants de louveterie, Fédérations de pêcheurs…), afin de réaliser des analyses sur le plus grand nombre possible de ces animaux.

Pour le reste de la France continentale, le réseau SAGIR fonctionne de façon habituelle. Néanmoins, tous les sangliers qui seront normalement acheminés aux laboratoires subiront, par précaution, une analyse systématique pour rechercher la peste porcine africaine. Au-delà de la surveillance, les experts de l’ONCFS sont également impliqués dans la définition, au niveau national, des mesures de prévention et de gestion en lien avec la gestion de la chasse et des populations de sangliers.

 

1 SAGIR est un réseau de surveillance épidémiologique des oiseaux et des mammifères sauvages terrestres en France, fondé sur un partenariat entre l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et les Fédérations des chasseurs (nationale et départementales). Il s’appuie sur le maillage territorial des laboratoires vétérinaires départementaux pour la bonne mise en œuvre du diagnostic.