Accueil > Espace Presse / Actualités > Point sur la mortalité des sangliers en Ardèche

Point sur la mortalité des sangliers en Ardèche

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Mortalité anormale de sangliers dans l’Ardèche depuis juillet 2013

 

 

Depuis début juillet 2013, le département de l’Ardèche fait face à une mortalité anormale de sangliers.

 

A ce jour, 120 sangliers répartis sur 29 communes au centre du département ont été observés malades ou morts. 

 Localement, la fédération départementale des chasseurs (FDC) et le service départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) se sont immédiatement mobilisés dans le cadre du réseau SAGIR, pour comprendre l’origine de cette mortalité.

 

Le phénomène ne concerne que l’espèce sanglier, principalement les jeunes animaux en bon état corporel et est caractérisé par l’apparition de troubles nerveux plus ou moins marqués : convulsions, tremblements, pédalage, prostration et perte d’équilibre.
Etant donné la complexité du diagnostic, l’ONCFS, en concertation avec les autorités sanitaires locales et nationales et la FDC, a coordonné les analyses et mobilisé un collège d’experts en diagnostic de la faune sauvage.

41 autopsies ont été réalisées par les pathologistes du laboratoire départemental d’analyses du Vaucluse, du service autopsie de Vetagrosup et de Vetdiagnostics.

Les résultats des examens histologiques ont rapidement permis d’orienter les recherches vers une origine toxique (toxique ou toxine). De nombreux toxiques y compris d’origine végétale ont été recherchés par différents laboratoires spécialisés et en particulier le laboratoire de toxicologie vétérinaire de Vetagrosup et n’ont pas été détectés. L’exclusion d’une origine toxique a permis de concentrer les efforts sur la recherche de toxines responsables de maladies chez les suidés.

Ces recherches orientées ont abouti à la mise en évidence par le laboratoire départemental d’analyses de Ploufragran de la bactérie responsable de la « maladie de l’oedème ».

D’après l’ensemble des données épidémiologiques, cliniques, lésionnelles et bactériologiques, il est possible d’affirmer aujourd’hui avec un haut degré de certitude que la maladie de l’oedème est la cause principale de la mortalité observée ces 4 derniers mois en Ardèche.

 

Ce syndrome est bien décrit chez les porcins domestiques, caractérisé chez les porcs par une mort subite ou le développement de signes nerveux associés à une colonisation de l’intestin par des shiga toxine d’Escherichia coli (STEC). A notre connaissance, la maladie n’avait pas encore été décrite chez les sangliers dans la littérature.

 

Compte tenu de ces éléments, la DGAL (direction générale de l’alimentation) a autorisé le Préfet à lever l’arrêté préfectoral concernant 29 communes et interdisant la consommation de viande de sanglier, pris le 4 septembre 2013 par précaution en l’absence de connaissance de la maladie.

A compter de ce jour (19/11/2013), la consommation de viande de sanglier est de nouveau autorisée dans ces communes.

 

Retrouvez le communiqué de presse du Préfet de l’Ardèche

 

 

Photo de sanglier

Logo du Réseau SAGIR