Accueil > Espace Presse / Actualités > Saisie record de serpents venimeux dans un appartement à Antibes

Saisie record de serpents venimeux dans un appartement à ...

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Communiqué de presse - 31 juillet 2019

 

Saisie record de serpents venimeux dans un appartement à Antibes

 

A l’issue d’une enquête qui a duré plusieurs mois, les agents du service départemental des Alpes-Maritimes de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont procédé à une perquisition dans un appartement à Antibes sous l’autorité du Procureur de la République de Grasse.

Dès leur entrée dans l’appartement, ils ont découvert que tout le domicile avait été entièrement aménagé pour détenir des reptiles dans des terrariums. Il y en avait dans pratiquement toutes les pièces, les placards ayant également été aménagés pour héberger des serpents.

 

Crotales asiatiques - Crédit photographique : ONCFS
Crotales asiatiques

 

Au total, les inspecteurs de l’environnement de l’ONCFS ont recensé 14 espèces de serpents parmi les plus venimeuses du monde (mamba vert, vipère du Gabon, crotales asiatiques, cobras, etc.). A titre d’exemple, le venin du mamba vert a une rapidité d’action parmi les plus grandes de tous les serpents. Tandis que la vipère du Gabon possède les plus grands crochets des serpents venimeux (5 cm). Les morsures de toutes les espèces qui ont été découvertes sont majoritairement mortelles pour les humains.

Les inspecteurs de l’environnement ont procédé à la saisie de tous les spécimens dangereux, qui étaient tous détenus illégalement. Ce sont le lieutenant-colonel Véronique Vienet, vétérinaire, et le groupe « sauvetage animalier » des sapeurs-pompiers du SDIS 06 qui ont effectué les manipulations sur ces espèces particulièrement dangereuses, avec un équipement de protection adapté.

 

Lappartement était entièrement aménagé en terrariums - Crédit photo : ONCFS
L’appartement était entièrement aménagé en terrariums

 

Il faut savoir que, du fait de leur dangerosité, la détention de ces espèces est soumise en France à une réglementation très stricte. Le propriétaire de ces serpents, qui ne possédait aucune autorisation (certificat de capacité et autorisation d’ouverture) ni aucun justificatif d’origine légale, est passible d’une amende de 150 000 euros et de 2 ans d’emprisonnement. Il sera amené à s’en expliquer lors d’une audition déjà planifiée au Tribunal de Grande Instance de Grasse.

 

Pour télécharger le communiqué de presse au format pdf :

PDF - 337.5 ko
Communiqué de presse - 31 juillet 2019 - Saisie serpents venimeux