Accueil > Espace Presse / Actualités > Zoom sur l’évaluation de la Directive "Habitats"

Zoom sur l’évaluation de la Directive "Habitats"

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Evaluation de la Directive "Habitats"

 

22 % des habitats et 28 % des espèces sont dans un état favorable en France



La deuxième évaluation de l’état de conservation des habitats et espèces parmi les plus rares ou menacés d’Europe a été réalisée par les États membres dans le cadre de la mise en œuvre de la directive « Habitats ».

 

Couvrant la période 2007-2012, elle confirme les conclusions de la précédente évaluation (2001-2006) : la part des habitats et des espèces d’intérêt communautaire en bon état de conservation en France est faible (un habitat sur cinq et une espèce sur quatre).

 

L’état de la moitié des espèces et des habitats est jugé stable au cours de la période 2007-2012.

 

Des tendances positives sont notées pour certaines espèces en lien avec les mesures de protection dont elles bénéficient. Toutefois, elles restent moins nombreuses que les tendances négatives. Les écosystèmes marins, littoraux, humides et aquatiques sont parmi les plus dégradés.

 

Télécharger le quatre pages du SoeS "Le point sur" n° 196 de décembre 2014 vient d'être édité sur les résultats du rapportage

 

 

L’évaluation des habitats et espèces d’intérêt communautaire :

un exercice partenarial



Les habitats naturels ou semi-naturels correspondent à une entité écosystémique précise incluant les communautés d’espèces ainsi que leur environnement abiotique. L’évaluation de l’état de conservation ne porte que sur les habitats et les espèces dits d’intérêt communautaire.

Il s’agit d’habitats en danger ayant une aire de répartition souvent réduite et d’espèces en danger, vulnérables, rares ou endémiques sur le territoire communautaire, strictement protégés et/ou pour lesquels doivent être désignées des zones spéciales de conservation. Ainsi, les conclusions obtenues ne concernent qu’une partie de la biodiversité.

Coordonnée et animée par le Service du patrimoine naturel (SPN) du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), pour le compte du ministère en charge de l’Écologie, et suivant une méthodologie commune à tous les États membres, cette évaluation a été menée en partenariat avec

  • la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux (FCBN),
  • l’Office pour les insectes et leur environnement (Opie),
  • la Société herpétologique de France (SHF),
  • la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM),
  • l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS)
  • l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema).

 

Plus de 400 experts ont ainsi été mobilisés pour la rédaction, la relecture et la validation des fiches d’évaluation.