Galliformes de montagne : dynamique des populations et ...

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 

 

Problématiques d’études et recherches de l’équipe :

Galliformes de montagne : dynamique des populations et de leurs habitats

 

 

 

Les galliformes de montagne, espèces emblématiques, sont sensibles aux changements de conditions environnementales. Aussi faut-il s’attendre à ce que l’augmentation récente et importante des températures affecte les aires de répartition, les habitats et les paramètres démographiques de ces espèces.

 

La collecte de données sur la survie et la reproduction a pour but de vérifier cette hypothèse et d’évaluer l’impact des sources de perturbations mais aussi de définir la taille des unités de gestion et d’affiner les calculs des taux de prélèvement admissibles par la chasse.

Mâle de Tétras Lyre

 

L’analyse de la diversité génétique des populations est un moyen supplémentaire qui permet d’apporter des réponses à des questions fondamentales pour la gestion et la conservation des galliformes de montagne. Elle permet en effet d’identifier, d’une part, les populations à risque d’extinction (celles par exemple qui ont été appauvries par des « goulots d’étranglement » démographiques) et, d’autre part, les populations importantes au titre de la conservation de la diversité génétique.

En cas de renforcement de populations, les résultats des études permettent d’orienter les choix concernant l’origine la plus pertinente des oiseaux à réintroduire.

Compte-tenu de leur richesse biologique, les habitats des galliformes de montagne sont pour la plupart listés comme habitats prioritaires dans la Directive Habitat. La disparition progressive de ces formations depuis quelques décennies a des conséquences préjudiciables à la conservation de ces espèces. Plusieurs expérimentations de restauration des milieux, entreprises depuis les années 1990, semblent montrer l’effet positif des dépressages, débroussaillages ou brûlages des landes sur le maintien de ces populations et plus généralement de la biodiversité.



Chef de projet
Ariane Bernard-Laurent

Équipe

Patrick Léonard, Yann Magnani, Emmanuel Ménoni, Claude Novoa, Marc Montadert, Sophie Tangis, Jean François Desmet (GRIFEM)*, Marc Arvin-Bérod (SD 74)*, Bertrand Muffat-Joly (SD 74)*, Jean Resseguier*, agents des services départementaux des Hautes-Alpes, de Haute-Savoie et des Pyrénées-Orientales (*temps partiel).

Partenaires techniques et institutionnels
Université de Perpignan, CNRS/IPHC, CNRS/CEFE, Météo-France, EPHE Montpellier, ASTERS, Cabinet d’études Naturaconst@, Eric Belleau (vétérinaire indépendant).

Partenaires financiers
Union européenne (projets Alcotra et Gallipyr), Conseil régional PACA, DREAL.

Partenaires gestionnaires
Fédérations départementales et régionales des chasseurs, ONF, collectivités locales, Parcs nationaux, Parcs naturels régionaux, Réserves naturelles de France, Associations de chasseurs spécialisés, Structure animatrice du site Natura 2000 « Dévoluy-Durbon-Charance-Champsaur », CERPAM, SUAMME 66, Provinces espagnoles (Catalogne et Navarre) et Andorre, Centre Tecnològic Forestal de Catalunya (CTFC), Conselh Generau del Val d’Aran, Gestión Ambiental de Navarra, Diputación Foral de Alava, Régions italiennes du Piémont et du Val d’Aoste.

 

Points forts en 2012

  • Présentation de 11 communications aux colloques de clôture des projets européens Alcotra et Gallipyr.
  • Communications sur le grand tétras et le lagopède alpin au 12e International Grouse Symposium (Matsumoto, Japon).
  • Etude de faisabilité du prélèvement de gélinottes dans les Alpes françaises en vue de leur réintroduction dans les Pyrénées catalanes.
  • Réalisation de 55 chantiers d’amélioration des habitats du grand tétras dans les Pyrénées (France et Espagne) et mise en place d’un suivi de ces sites. 

Points forts en 2011

  • Mise en place d’une étude sur la démographie des populations de perdrix bartavelle dans le massif du Dévoluy.
  • Participation à un workshop international sur le statut de conservation de la perdrix bartavelle (FACE & Birdlife International).
  • Translocations de gélinottes de France vers le Val d’Aran (Espagne).
  • Expertise de la réintroduction du grand tétras dans le Parc national des Cévennes.
  • Remise à jour du statut et de la distribution du grand tétras dans le Jura.
  • Présentation des résultats des actions du projet Gallipyr (France, Andorre, Espagne) aux colloques UIGB et Perdrix XIII.

 

Points forts en 2010

  • Contribution à la stratégie nationale pour la conservation du grand tétras.
  • Soutenance de la thèse sur la génétique des populations de perdrix grise des Pyrénées et de lagopède alpin.
  • Opération de translocation de lagopède alpin dans le cadre du projet Européen « Gallipyr » avec l’Espagne et l’Andorre.
  • Coopération transfrontalière via les projets européens « Alcotra » et « Gallipyr ».

Points forts en 2009

  • Contribution à l’élaboration de la stratégie nationale en faveur du grand tétras.
  • Lancement de l’opération de translocation de lagopède alpin dans le cadre du projet européen « Gallipyr » avec l’Espagne et l’Andorre.
  • Synthèse sur l’utilisation de l’habitat par la perdrix grise des Pyrénées et la conduite des brûlages dirigés.
  • Audit d’un programme d’étude sur l’impact du changement climatique sur les populations de galliformes de montagne par le Conseil scientifique de l’ONCFS.

 

Exemples d’études et recherche

 

Les grands tétras s’accouplent de plus en plus tôt : un effet mesurable du changement climatique ?

 

Inventaire et visualisation des clôtures dangereuses pour les oiseaux dans les Pyrénées

 

Composition corporelle et stratégie énergétique chez la perdrix bartavelle

 

Démographie des populations françaises de lagopède alpin : des résultats inquiétants

 

Valorisation des connaissances acquises sur la gestion des habitats du grand tétras
 
L’isolement géographique et la diversité génétique des populations pyrénéennes de lagopède alpin