Depuis le 1er janvier, l’Agence française pour la biodiversité et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage sont regroupés au sein du nouvel Office français de la biodiversité.


ofb.gouv.fr
Accueil > L’ONCFS en Région > Occitanie > L’actualité en région > Le littoral Audois sous surveillance

Le littoral Audois sous surveillance

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Agrandir le texte Réduire le texte

L’Office national de la chasse et de la faune sauvage œuvre pour la biodiversité dans le département de l’Aude.

Le littoral audois, de Fleury à Leucate est une zone fragile riche de sa biodiversité. De nombreuses espèces protégées de faune et de flore dont certaines n’existent nulle part ailleurs sauf à de rares exceptions, y sont présentes.

Afin de faire en sorte que les activités humaines notamment touristiques restent compatibles avec la préservation de ce patrimoine exceptionnel, plusieurs organismes unissent leurs efforts à ceux des municipalités concernées. Ces mesures de protection prises nécessitent la mise en œuvre de mesures de police sur le terrain. A cet effet, depuis trois ans maintenant le Plan de contrôle départemental concernant l’ensemble des missions de police environnementale, coordonné par le préfet a inscrit dans son programme une opération d’information, de surveillance et de contrôle du littoral audois.

 

Agents des établissements publics pour la protection de la biodiversité Cette opération, pilotée sur le terrain par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage a réuni pour le week-end de Pentecôte l’ensemble des polices ayant des prérogatives en matière environnementale (ONCFS, Office national des forêts, Office national de l’eau et des milieux aquatiques, Gendarmerie nationale, polices municipales, gardes du littoral et du parc naturel régional de la Narbonnaise).

Un partenariat permettant de mettre en œuvre une trentaine de personnes réparties sur 6 zones.

L’objectif était double : favoriser les synergies entre agents et démontrer que le littoral est étroitement surveillé. Malgré des conditions climatiques assez défavorables, les résultats sont intéressants.

 

Outre les échanges fructueux entre les différents participants, les patrouilles ont permis d’établir plus d’une centaine de contacts avec le public et de l’information sur les sites, les espèces et les mesures de protection indispensables a pu être délivrée. Durant ces trois jours, 23 procédures ont été dressées pour infraction à la protection de l’environnement : circulation en zone protégée, dépôt de déchets illicite, allumage de feu en zone boisée, dérangement d’espèce protégée, pêche sans autorisation.