Accueil > L’ONCFS en Région > Occitanie > L’actualité en région > Infractions estivales dans les Pyrénées Orientales

Infractions estivales dans les Pyrénées Orientales

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 Un été animé dans les Pyrénées Orientales 

Bernard-l’Hermites dans un terrarium Durant ces deux mois d’été, les agents du service départemental des Pyrénées Orientales de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage ont été sollicités sur tous les fronts, de la côte à la montagne.
 
En juillet à Canet ils ont saisi trois cents quatre vingt treize bernard-l’hermites terrestres pour une valeur marchande d’environ 10 000 euros. Ces petits mollusques étaient importés d’Asie, et vendus sans autorisation ni certificat de capacité...
 
Au mois d’août à Perpignan et Rivesaltes plusieurs personnes ont été interpellées alors qu’elles étaient en train de capturer des chardonnerets (passereaux très recherchés pour leur chant) soit à l’aide de filets japonais soit à l’aide de tiges badigeonnées de glu. Sept chardonnerets élégants ont été saisis et relâchés immédiatement.
 
Fin août pour l’ouverture de la chasse au gibier d’eau, des surveillances ont été organisées sur la côte et notamment autour de l’étang de Salses. De nombreuses infractions ont été constatées à cette occasion : destruction d’espèces protégées (sternes naines), chasse en temps prohibés (foulque, pigeons ramiers, canard chipeau). Tous les oiseaux ont été saisis et 5 fusils ont été confisqués.
Saisie d'un chardonneret élégant Saisie de gibier et d'armes  
 
 
Comme tous les étés de nombreuses patrouilles ont été effectuées sur le site classé des Bouillouses afin de contrôler la circulation dans les espaces naturels, la prévention des incendies, le camping et la pêche. Là encore, malgré le gros incendie de l’été dernier du à une grillade interdite, de nombreuses infractions notamment pour allumage de feux ont été relevées. 
 
Enfin en début d’été le tribunal de Foix (09) a rendu son verdict pour deux braconniers verbalisés en septembre 2012 aux confins de l’Ariège, des Pyrénées Orientales et de l’Aude. Ils avaient tué un cerf sans avoir apposer le bracelet de marquage et avaient été interceptés alors qu’ils quittaient les lieux à bord de leur véhicule. Le tribunal les a condamné chacun à 400 euros d’amende pénale, 1000 euros de dommages et intérêts pour l’Office national des forêts (ils chassaient en forêt domaniale), 1500 euros de dommages et intérêts pour la Fédération des chasseurs de l’Ariège deux ans de retrait de leur permis de chasser et la confiscation définitive de leur carabine de chasse.