Lapin de garenne

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 

Problématiques d’études et recherches de l’équipe  :

Lapin de garenne

 

 

 

 

Les travaux conduits sur le lapin de garenne visent à comprendre le fonctionnement des populations dans leur environnement afin de mettre au point des outils de gestion et de déterminer l’échelle à laquelle ces outils doivent être mis en oeuvre.

Lapin de garenne


Ils s’articulent autour de trois axes principaux : le suivi des maladies, la dynamique des populations et la mise au point d’outils de gestion.

Les principaux projets en cours concernent :

  • la RHD (rabbit haemorrhagic disease) ; un volet du programme vise à caractériser des souches non pathogènes du RHDV (virus de la RHD). Différentes études ont en effet montré l’existence de virus apparentés au RHDV mais non pathogènes. Ces virus interagissent directement avec le RHDV avec qui ils peuvent échanger du matériel génétique par recombinaison. Un second volet vise à suivre l’évolution du RHDV et de sa pathogénicité, comme en témoigne l’identification d’un variant viral en 2010 ;
  • la structure spatiale des populations de lapins et le niveau des échanges entre sous-populations pour déterminer l’échelle à laquelle intervient la fragmentation des populations. Des études d’évolution de l’habitat à l’échelle de communes sont menées en parallèle ;
  • l’étude de la faisabilité de suivi des populations à l’aide de méthodes plus légères que les comptages nocturnes au phare.

En complément à ces études se met en place un programme visant à fournir aux gestionnaires des outils permettant de mieux gérer les problématiques liées à la gestion des dégâts aux cultures causés par la présence du lapin.


 

Chef de projet
Stéphane Marchandeau

 

Équipe
Jérôme Letty, Jean-Sébastien Guitton, Francis Berger, Yves Léonard, Bernard Mauvy, Nicolas Mathevet, Régine Bigrel.

 

Partenaires scientifiques
Inserm, ANSES Ploufragan, ENV Toulouse, LBBE-Université Lyon 1/CNRS, Antagène.

 

Partenaires gestionnaires
Fédérations départementales des chasseurs

 

Points forts en 2012

  • Participation à la IVth World Lagomorph Conference à Vienne (Autriche - communication et poster).
  • Description de la diffusion en nature du variant RHDV ayant émergé en 2010.

Points forts en 2011

  • Mise en évidence des mécanismes de sensibilité – résistance du lapin au RHDV.
  • Mise en place d’un observatoire des souches de RHDV avec l’ANSES.
  • Participation à une étude conduite par le LBBE-Université de Lyon1 sur les effets indirects de la prédation sur le lapin de garenne.

 

Points forts en 2010

 

  • Mise en place d’une équipe lapin de garenne à Montpellier pour développer des études en milieu méditerranéen.
  • Identification d’un variant RHDV en nature.

Points forts en 2009

 

  • Mise en place d’une étude sur la dispersion juvénile sur trois territoires.
  • Mise en place d’un parc expérimental d’élevage en partenariat avec le Domaine de Saint-Benoist.

 

 

Exemples d’études et recherche

 

Comptage des lapins au phare : comment relier le nombre de répétitions à la précision de l’indice d’abondance ?

 

Mécanisme de sensibilité/résistance du lapin au RHDV

 

Recherche de calicivirus non pathogènes apparentés au RHDV

 

Résistance génétique à la maladie hémorragique virale du lapin

Fragmentation des populations et impact des maladies virales chez le lapin de garenne