Le Réseau Loup - Lynx

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

logo Réseau Loup LynxA l’origine gérés séparément, le réseau Lynx fût créé en 1988 et le réseau Loup en 1994. C’est en 2001 qu’ils fusionnent pour palier au recoupement des aires de présence actuelle et potentielle de ces deux espèces et gagner ainsi en efficacité.

Le Réseau loup/lynx a été créé comme un outil de suivi patrimonial pour rendre compte des tendances d’évolution des aires de répartitions et de la démographie dans un objectif de mesurer l’état de conservation de ces deux espèces protégées.

Ce dispositif est ancré sur la base d’un déploiement de plus de 2000 correspondants d’horizons divers (80% de professionnels de la faune sauvage et 20% de particuliers) formés à l’identification et à la reconnaissance des indices de présence. Répartis de façon homogène, les correspondants couvrent une moitié Est de la France d’une ligne allant des Vosges aux Pyrénées atlantiques et appliquent une procédure commune de collecte d’indices par le biais de fiches techniques. Ces dernières sont centralisées et analysées ensuite de façon standardisée par l’Unité Prédateurs et Animaux Déprédateurs (Unité PAD) de l’ONCFS.

 

Suivi des populations de loups en France
 

Dès 1993, un suivi du loup est entrepris afin de définir ses secteurs de présence et de suivre l’extension de sa population au sein du territoire français. D’abord organisé par le Parc National du Mercantour sur son territoire, puis par l’ONCFS quand l’espèce a colonisé de nouvelles zones hors parc.
Dès 1997, le réseau loup est créé par l’ONCFS, puis celui-ci fusionne en 2001 avec le réseau Lynx (crée en 1988 par l’ONCFS) pour constituer le Réseau Loup/Lynx.

Ce réseau est constitué de plus de 1200 correspondants de terrain spécialement formés, dont 70 % de professionnels et 30% de particuliers, est chargé de relever de manière techniquement homogène les indices de présence du loup sur le terrain (proies sauvages ou domestiques, empreintes, analyses génétiques, observations visuelles, excréments), puis de transmettre ces informations à l’ONCFS qui en effectue la centralisation, la validation technique, et rédige les synthèses.

 

Cartographie du Loup (Portail Carmen)
L’unité géographique de restitution de la présence est la commune.
L’indicateur traduit, sur une période inter-annuelle, l’évolution des aires de présence détectées en distinguant les communes avec récurrence forte ou faible de détection de l’espèce : présence dite « avérée ou régulière » versus « occasionnelle ou non avérée ».
Classifiée en 2 catégories, par une règle de classement combinant à la fois la récurrence des données de présence sur les deux dernières années et la quantité d’informations disponibles (>3 indices) pour assurer une représentativité optimale de cette catégorisation.
Ainsi, ramené à l’échelle de la commune pour faciliter les localisations et appréhender une limite administrative commune à tous les acteurs, l’aire de présence communale détectée du loup peut être dressée annuellement et surtout comparée au cours du temps.

 

Suivi des populations de lynx en France

 

Le suivi de la population de lynx est conduit sur toute l’aire de répartition et vise à renseigner le statut global de conservation de l’espèce en France.

L’ONCFS a donc mis en œuvre des méthodes indirectes qui visent non pas à recenser directement des individus, mais à collecter de façon standardisée le plus possible d’indices liés à la présence de l’espèce (observation par corps, proies sauvages et domestiques, empreintes….etc.).
Pour ce faire, un réseau de « correspondants », membres du Réseau Loup-Lynx, préalablement formés par l’Oncfs, a été constitué afin d’exercer une pression d’observation sur l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce.
Les informations ainsi recueillies via les DDT (opérateurs logistiques du Réseau) sont validées et gérées par l’Oncfs, qui en réalise ensuite la synthèse.

Cartographie du lynx (Portail Carmen)

Tous les indices de présence collectés par les correspondants de terrain à l’échelle nationale sont localisés dans l’espace et validés selon une méthode standardisée par l’équipe en charge du suivi de l’espèce. Une cartographie triennale des indices confirmés et probables permet de minimiser les effets des aléas de découverte de ces indices et de suivre la progression de l’espèce.
Chaque donnée validée est reportée au centre d’une maille élémentaire de 3 km de côté, puis cette maille est dupliquée jusqu’à obtenir une zone de présence attribuée à chaque indice de 9 x 9 km autour de l’indice, soit environ 80 km2 de présence (soit 1/3 à 2/3 d’un domaine vital d’adulte).
Ce maillage a été calibré par comparaison des aires détectées par télémétrie dans le Jura français (lynx équipés de colliers émetteurs), aux aires renseignées par la collecte d’indices de présence liés à ces mêmes animaux (activité des correspondants du Réseau) : méthodologiquement parlant, cette étape de détermination de l’aire de présence détectée, est à considérer comme une validation de l’aptitude du Réseau à renseigner la présence de l’espèce.

Régularité de la présence de l’espèce :
En plus de l’évolution de l’aire de présence détectée durant une période triennale, la régularité de la présence de l’espèce dans un site donné constitue un autre indicateur du statut de conservation de l’espèce. Ainsi, 3 niveaux sont distingués :

  • l’aire de présence dite régulière est obtenue en superposant les différentes cartographies triennales pour ne retenir que les zones avec présence détectée au moins trois fois au cours des périodes triennales et sans interruption de plus d’une période triennale. Sont également considérées comme régulières les zones où des témoignages de la reproduction sont collectés.
  • l’aire de présence dite récente, correspond aux zones de présence détectées depuis la dernière période triennale, ou depuis les deux dernières périodes triennales consécutive.
  • L’aire de présence dite irrégulière est déduite des zones à présence détectée de façon intermittente, c’est à dire avec des interruptions d’au moins deux périodes triennales.

 

Caractérisation de l’aire de présence régulière du lynx (et du loup) : nouvelle méthode 
 

 

 

Les objectifs confiés au réseau pour le suivi de ces deux espèces  : 

carte d'emprise du Réseau Loup

. Collecter et vérifier les indices de présence pour détecter dans des délais aussi brefs que possibles, de nouvelles zones de présence afin de mieux connaître leurs aires de répartition,

. Expertiser sur site l’intégralité des cas de prédation sur le cheptel domestique afin, lorsque la responsabilité du prédateur est retenue, d’en permettre l’indemnisation (seule certains correspondants du réseau, dûment agrées pour cela, effectuent ces constats).

. Assurer, outre ce suivi patrimonial dit « extensif », un 2ème niveau de suivi plus intensif en été (reproduction) et en hiver (effectifs des meutes) pour le loup sur les secteurs où l’espèce est installée durablement, et sur certains sites pilotes pour mesurer les densités de lynx.

 

Le Réseau est installé sur demande des autorités préfectorales : les correspondants de toute obédience sont alors formés dans le département concerné ; en amont de cette installation complète du réseau, des agents de l’ONCFS sont formés dans les départements susceptibles d’être colonisés par l’espèce.

 

La coordination administrative est placée sous l’autorité des Direction Départementale des Territoires (DDT) afin de faire le lien entre présence du prédateur et gestion des interactions avec les activités agricoles.

 

La coordination technique est placée sous l’autorité de l’ONCFS (Unité PAD) avec des animateurs régionaux  :

Contacts du Réseau Loup Lynx :

carte des animateurs du Réseau Loup . Antenne PACA : Y. Léonard yannick.leonard@oncfs.gouv.fr ONCFS Microplis - La Bérardie 05000 GAP – 04 92 51 34 44

. Antenne Rhône Alpes Auvergne : P.E. Briaudet pierre-emmanuel.briaudet@oncfs.gouv.fr ONCFS, ZI Mayencin 5 Allée de Bethléem 38610 GIERES 04 76 59 13 29

. Antenne Bourgogne Franche-Comté : D. Chenesseau 03 80 29 43 33
delphine.chenesseau@oncfs.gouv.fr

. Antenne Pyrénées orientales  : A. Bataille alain.bataille@oncfs.gouv.fr ONCFS Espace Alfred Sauvy 66500 PRADES

. Antenne Sud-Ouest : J. Steinmetz julien.steinmetz@oncfs.gouv.fr ONCFS 18 rue Jean Perrin - Actisud Bâtiment 12 - 31100 TOULOUSE 05 62 20 48 40 

. Antenne Nord-Est : M-L Schwoerer marie-laure.schwoerer@oncfs.gouv.fr Au bord du Rhin 67150 GERSTHEIM 03 88 98 40 41

. Antenne Massif central  : G. Goujon. gerald.goujon@oncfs.gouv.fr ZA Perrache 63114 COUDES 04 73 96 96 71

 

Pour en savoir plus : 

Bulletins d'information du réseau Loup

 

 

 

le bulletin d’information du Réseau Loup
(semestriel)

 

 

 

 

 

Bulletins d'information du réseau Lynx

 

 

 

le bulletin d’information du Réseau Lynx
(annuel)

 

 

 

 

 

Quelques résultats du Réseau Loup-Lynx en chiffres et en images :

Le site de l’Etat sur le loup

Le site de l’Etat sur l’ours

Etude et recherches sur Loup/lynx ONCFS