Les outils de suivi de la population d’ours brun

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte
L’ours brun est une espèce très discrète, à grand domaine vital et présente en faible densité. Des outils de relevés de données de terrain, directs et indirects, se complètent pour suivre cette espèce à grande échelle, tant dans son évolution géographique que démographique.

Le suivi direct : des ours équipés d’émetteurs VHF ou GPS

On pense souvent que les ours évoluant dans les Pyrénées sont tous équipés d’émetteurs permettant leur localisation quotidienne. En fait, la population d’ours bruns est une population animale sauvage et n’a donc pas vocation à être équipée d’émetteurs, puces ou balises VHF pour faire l’objet d’un suivi continu et permanent. L’équipement d’un ours peut être envisagé à titre provisoire et exceptionnel et ne peut répondre qu’à une demande particulière dans un contexte bien précis.

 

Les 3 ours lâchés en 1996 et 1997 ainsi que les 5 ours lâchés en 2006 ont été équipés d’émetteurs pour une durée temporaire. L’objectif de cet équipement était expérimental et scientifique (notamment pour connaître l’adaptation des ours à leur nouveau milieu) mais à terme, le dispositif cesse d’émettre faute de batteries.

 
Le dernier émetteur a cessé de fonctionner en 2010.

Le suivi indirect : les indices de présence

La population d’ours est suivie de façon indirecte au travers des indices de présence tels que des empreintes, des poils, des crottes ou autres observations directes. La collecte est réalisée :

  • soit de façon non programmée, par tout utilisateur de la nature, qu’il soit membre du Réseau Ours Brun (ROB) ou non, lors de missions professionnelles diverses, randonnées… : c’est la méthode opportuniste.
  • soit de façon programmée, lors d’opérations de terrain cadrées par divers protocoles (itinéraires pédestres de prospection, stations de suivi par pièges à poils, pièges-photo/vidéo automatiques...), visant à harmoniser la pression d’observation dans l’espace : c’est la méthode systématique.

photos : Equipe ours / ONCFS

 

Tous les indices collectés sont consignés sur des fiches techniques de relevé de terrain. Ces dernières sont adressées au Réseau Ours Brun par un de ses correspondants pour vérification et validation définitive. A l’issue de cette étape, l’indice est soit validé, soit non validé ou invérifiable si les éléments techniques à disposition restent insuffisants. 

Ce cortège d’indices de présence, tous géolocalisés, permet ensuite de dresser les cartes des aires de répartition et de déployer les évaluations du statut démographique de l’espèce par le biais d’analyses cartographiques et de modélisations mathématiques.

 

Concernant les dégâts sur cheptel domestique ou sur ruchers, seuls les agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et les agents du Parc National des Pyrénées en zone parc, ayant reçu une formation spécifique, sont habilités à réaliser les constats de dommages. Ces informations renseignent également sur la présence de l’ours et participent à la délimitation de l’aire de répartition de l’espèce dans les Pyrénées.

 

L’expertise de témoignages est essentielle au suivi de l’aire de répartition de cette espèce très discrète. Elle se fait toute l’année, au gré des informations reçues. Aussi tout témoignage est susceptible de rentrer en ligne de compte. C’est là qu’est la force du travail en Réseau.
Vous avez observé un ours ? découvert une empreinte, un excrément ? Contactez un membre du ROB qui viendra vérifier et collecter votre donnée.

 

tél. : 05 62 00 81 08 / fax : 05 62 00 81 09
email : stgaudens@oncfs.gouv.fr

Pour en savoir plus...

Accès à la fiche espèce de l’Ours

Les photos et vidéos automatiques d’Ours brun