Le Séneçon de Rodez

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte
Le Service Départemental de l’Aveyron participe au programme de conservation du Séneçon de Rodez

Participation du S.D. de l’Aveyron

 

Programme de conservation du Séneçon de Rodez

 

Description et habitat

 

Statut

 

 

 

 

 

Participation du Service Départemental de l’Aveyron au programme de conservation du Séneçon de Rodez

 

Une des principales orientations du contrat d’objectifs de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage est de contribuer à la sauvegarde de la biodiversité en luttant notamment contre les atteintes à la faune et la flore protégées et en participant à la gestion des espèces et espaces protégés.

 

C’est dans ce cadre que les agents du service départemental de l’Aveyron, ont initié en 2007 une démarche de sensibilisation et d’information autour du Séneçon de Rodez. Cette initiative faisant suite à la découverte de nombreuses stations de cette plante, démontrant que l’abondance de ce taxon réputé très localisé, semblait bien plus importante que les connaissances historiques ne le laissaient supposer. Parallèlement à ce constat, furent constatées de nombreuses dégradations et destructions de stations lors d’aménagements routiers et urbains ou lors de réorientations agricoles.


Face à ce contexte, en 2009, sous l’égide de la DREAL Midi-Pyrénées et de la DDT de l’Aveyron, le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées et l’O.N.C.F.S ont mis en place un programme de conservation du Séneçon de Rodez.

 

 

Ce programme prévoit :

 - un inventaire exhaustif de l’espèce et une hiérarchisation des stations répertoriées

- une information et une sensibilisation des propriétaires, exploitants agricoles et élus locaux concernés par la présence de la plante,

 - une enquête sur les pratiques agricoles locales,

 - une enquête sur l’écologie de la plante,

 

 

Il permettra également de rechercher et de proposer une mise en place d’un mode de gestion conservatoire sur certaines stations.

 





Actuellement, bien que quelques stations de cette plante montrent encore une forte abondance, partout ailleurs les stations sont faibles et éparses souvent confinées en bordure de haies et de cultures. Ce programme de conservation doit permettre de faire garder à l’esprit l’extrême rareté de sa population globale et de réaliser en concertation avec les acteurs locaux la préservation de cette espèce emblématique du Causse Comtal. Cet espace naturel étant soumis aujourd’hui à de nouvelles réorientations agricoles (de nombreuses parcelles du causse sont entièrement transformées et mises en cultures) et à une pression d’urbanisme forte (aménagements fonciers nombreux) . La préservation du Séneçon de Rodez doit aller de pair avec la sauvegarde de ses habitats de pelouses sèches, qui sont indispensables à l’élevage local et qui présentent des cortèges faunistiques et floristiques associés très riches.

 

 


Description et Habitat 

 

Le Séneçon de Rodez ou Séneçon du Rouergue (Senecio ruthenensis) fait partie de la famille des Astéracées. C’est une plante vivace dont les bourgeons sont situés au ras du sol. Elle produit chaque année, des tiges florifères de 30 à 80 cm de hauteur velues et ramifiées sur le haut. Ses feuilles sont assez épaisses et également pubescentes. Celles de la base sont oblongues, crénelées et atténuées en pétiole ailé. Celles de la tige sont plus petites et plus étroites, un peu embrassantes à la base. Les inflorescences sont composées de trois à dix capitules à ligules jaune vif, de taille relativement grande (4 à 5 cm).

 

La plante pousse sur sol calcaire, en prairies, en clairières, en lisières de haies ou de bois de chênes pubescents.


 

Statut

La flore de France compte quatre taxons du genre Senecio bénéficiant d’une protection nationale du fait de leur distribution très limitée (S. bayonnensis, S. congestus, S. macrochaetus, S. ruthenensis). Le Séneçon de Rodez (S. ruthenensis), seul taxon endémique français, n’est connu historiquement que du Causse Comtal en Aveyron et de l’Aunis en Charente-Maritime où seules trois stations de faible importance sont localisées.

 

 

Regis GOMES

Service Départemental de l’Aveyron