Programme sur le suivi des pécaris

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Parution de la brochure "Le Pécari à lèvres blanches" 

 

brochure Pécari à lèvres blanches  

Dans le cadre du programme SOPPAG mené en partenariat avec l’ONCFS, le Parc amazonien de Guyane édite une brochure de 20 pages rassemblant les informations essentielles sur le Pécari à lèvres blanches :
. Présentation de l’espèce : description, distribution, habitats régime alimentaire, écologie et comportement, reproduction et développement

. Enjeux de conservation : son rôle clé pour les écosystèmes, fragmentation et perte des habitats, gibier prisé des chasseurs, épidémie

. le kochon bwa, espèce patrimoniale

. Etude et suivi de l’espèce : suivi des déplacements, étude génétique, information et sensibilisation

 

Brochure Le Pécari à lèvres blanches (Pdf)

 

Premier bilan du programme SOPPAG en 2014


Les efforts déployés par le Parc amazonien de Guyane et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, pour l’étude des pécaris à lèvres blanches, ont commencé à porter leurs fruits. Les premiers animaux ont été capturés pour les équiper de colliers satellitaires.

 

Débuté fin 2012, grâce aux fonds européens BEST, le programme SOPPAG (Suivi opérationnel des pécaris du Parc amazonien de Guyane) a pour objectif d’approfondir les connaissances sur le pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari), localement connu sous le nom de cochon bwa.

L’écologie de cette espèce, qui constitue une ressource alimentaire importante pour les populations forestières et qui joue un rôle clé dans la régénération des forêts (en tant que disséminateur de graines) reste encore mal connue.

pose d'un collier GPS sur un pécari

Il aura fallu près d’un an aux équipes du PAG et de l’ONCFS pour réussir à pister des hardes de pécaris et connaître leurs habitudes afin de capturer 4 individus, dont 1 a été équipé d’une balise argos® montée sur un collier. La géolocalisation permettra aux biologistes, qui espèrent équiper d’autres animaux, d’approfondir leurs connaissances sur les déplacements des pécaris, sur la taille de leurs territoires et la façon dont ils l’occupent.
 

Plus d’infos et de photos sur la page SOPPAG du Parc amazonien de Guyane

 

A l’affût des pécaris

L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) a récemment posé des pièges à cochons-bois – également appelés pécaris à lèvres blanches – dans l’enceinte du Centre spatial guyanais (CSG). Cécile Richard-Hansen, chargée d’étude sur la faune de Guyane à l’ONCFS, explique pourquoi.


A quoi vont vous servir ces pièges ?
L’objectif est d’attraper des pécaris à lèvres blanches pour les étudier. Nous avons constaté que cette espèce, autrefois très abondante sur le plateau des Guyane, connaît un effondrement de sa population depuis plusieurs années. Nous voulons donc comprendre la dynamique des populations de cochons-bois. Cet effondrement est-il cyclique ? Les raisons sont-elles naturelles ou dues à un facteur extérieur ? etc.

Quel est le cadre de cette étude ?
Nous réalisons cette opération dans le cadre du programme « pécari » mené par le Parc Amazonien de Guyane en partenariat avec l’ONCFS. Ce programme, financé par des fonds européens (« BEST »), est mené sur l’ensemble du territoire du Parc, qui est très vaste. Il faut savoir que selon des études menées au Brésil, les cochons-bois évoluent sur un territoire pouvant aller jusqu’à 200 km², et nous cherchons à connaitre l’étendue de leurs déplacements en forêt Guyanaise.

Pourquoi placer ces pièges au CSG ?
Cette décision fait suite à une autre opération d’étude de la faune sauvage que nous avons menée l’année dernière avec le CSG. Il s’agissait d’un dispositif de piégeage photographique destiné à connaître la densité de faune présente sur le littoral. A cet égard le territoire du centre spatial, par les contraintes de sécurité qui lui sont propres, se trouve être une zone naturellement protégée pour la faune. Nous avions constaté, sur les photos relevées, la présence de pécaris à lèvres blanches, ce qui nous a conduits à demander au CSG l’autorisation d’installer des pièges.

 

 

Le suivi des pécaris à lèvres blanches dans le Parc Amazonien de Guyane

 

Vidéo sur l’étude du pécari à lèvre blanche dans le Centre Spatial Guyanais