Mieux connaître le Mouflon de Corse

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 


Programme de recherche sur le Mouflon de Corse
 

 

Les deux populations insulaires de mouflons du Cinto (Nord) et de Bavella (Sud) ont connu des phases de très faible abondance, notamment au début du 20ème siècle. Mouflon de Corse (Asco) E. Sailler ONCFS

Mouflon de Corse (Asco) E. Sailler ONCFS


La situation s’est depuis heureusement bien améliorée grâce à l’arrêt de la chasse en 1953 et à la mise en place d’un réseau de réserves (RCFS de Bavella et d’Asco en 1951, RCFS de Tartagine et d’Omita en 2005). Pour autant, toutes les informations disponibles s’accordent sur la persistance d’une faible dynamique numérique et spatiale de l’espèce.

Le programme de recherche et de développement mis en place en 2010 avec pour objectif d’identifier et de quantifier les facteurs à l’origine de cette situation. Il réunit les principaux acteurs scientifiques et techniques œuvrant pour la préservation de l’espèce sur l’île (OEC, ONCFS, ONF, FDC, PNR, LVD). Ce programme est piloté conjointement par la cellule technique de la DIR AMC et le CNERA Faune de Montagne, assisté par le Réseau SAGIR pour le suivi sanitaire de l’espèce. Son exécution s’appuie sur les trois RCFS situées au cœur des aires de répartition de l’espèce que gère l’ONCFS en Corse.

Dès l’automne-hiver 2010-2011, des échantillons de fèces ont été récoltés sur les deux noyaux de population afin de mieux définir leurs caractéristiques génétiques et détecter l’existence d’événements démographiques majeurs. Ces informations aideront, entre autre, à définir la stratégie de conservation de l’espèce qui posséderait un patrimoine génétique rare, vestige ancien des premières vagues de domestication du genre Ovis.

L’année 2011 a permis la mise en place des deux principaux suivis développés dans le cadre de ce programme. La population de Bavella fera ainsi l’objet chaque année, au printemps, d’un suivi aérien d’abondance dont l’objectif est d’assurer une vieille démographique de ce noyau. La première année a permis d’étalonner la méthode et de réaliser huit survols. Un nombre moyen de 83 mouflons a été recensé sur la surface échantillonnée (2200ha).

Première femelle de mouflon Corse marquée sur la RCFS d'Asco Sur la population du Cinto, c’est une étude par Capture-Marquage-Recapture qui a débuté au mois de janvier. Durant 3 mois, les agents de la CT AMC épaulés par trois agents du PNR de Corse ont capturé 4 femelles et 9 mâles. Ces animaux ont été mesurés et équipés de marque optique permettant leur reconnaissance sur le terrain.
Première femelle de mouflon Corse marquée sur la RCFS d’Asco

 

 

Ils sont aussi porteurs d’un système VHF permettant de détecter leur mortalité et, pour 2 d’entre eux, d’un GPS localisant leur position toutes les 2 heures durant 1 an. Ces captures seront reconduites chaque année. Le suivi hebdomadaire des animaux ainsi marqués nous apportera de précieuses informations sur leur survie, leur fécondité et leur occupation de l’espace. Suivi par VHF des mouflons marqués
Suivi par VHF des mouflons marqués

 



Ce programme est financé à hauteur de 25% par l’Office de l’environnement de la Corse. Le PNR de Corse et l’ONF y participe à travers la mise à disposition de leurs agents. Il constitue un bel exemple de collaboration entre services de l’établissement (DIR et DER) et ceux de la collectivité Territoriale de Corse.

Benedetti P., Sanchis F. & Garel M. - octobre 2011