Petits carnivores

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 

 

Problématiques d’études et recherches de l’équipe :
Petits carnivores

 

 

Les recherches sur les petits carnivores portent sur 14 espèces aux statuts juridiques variés (protection stricte, espèces gibier et espèces susceptibles d’être classées nuisibles).

 

Elles s’articulent autour de suivis de population, d’évaluation du statut de conservation (chat forestier, genette, martre, putois, vison d’Europe) et de la gestion de populations prélevées (par la chasse ou par destruction). L’objectif appliqué de ces travaux vise à proposer des outils de suivi qui permettront d’éclairer les débats, voire de résoudre des problèmes rencontrés par les gestionnaires. Renard roux

 

Le suivi patrimonial des petits carnivores est fondé sur une méthode originale qui permet d’appréhender la répartition nationale de certaines espèces à partir de la collecte d’informations (animal mort ou vivant) dans des « carnets de bord » renseignés par les agents de l’ONCFS au cours de leurs déplacements quotidiens.

Après dix années de récolte, ces données permettent de construire des cartes de répartition nationale assez complètes pour la fouine, le blaireau, la martre, le putois et qui doivent être complétées pour la belette et l’hermine. Pour les espèces dont les observations restent rares, des enquêtes complémentaires permettent d’actualiser régulièrement les connaissances.

Ainsi, une enquête nationale sur la répartition actuelle du raton laveur et du chien viverrin sera prochainement publiée et une enquête sera lancée prochainement sur le vison d’Amérique, en collaboration avec les Fédérations départementales des chasseurs et les Associations départementales de piégeurs agréés.

 

La dynamique de population et l’écologie constituent un deuxième axe de recherche. Dans ce domaine, des travaux ont été entrepris sur deux espèces proches, la fouine et la martre, dans le contexte de production avicole de la Bresse. L’objectif, à terme, est d’évaluer l’impact du piégeage sur les populations de ces espèces. Ce programme permettra en outre d’accroître nos connaissances sur leur biologie, en particulier en matière de sélection de l’habitat. Enfin, la découverte de cas de tuberculose bovine sur des blaireaux en 2009 a conduit à l’émergence d’une nouvelle problématique concernant l’écologie du blaireau et une étude visant à mettre au point une méthode d’estimation ou de suivi des densités de blaireau est en cours.

Au coeur de nombreux débats cynégétiques, les relations prédateurs-proies restent difficiles à étudier dans les écosystèmes. Pour appréhender cette problématique, une étude de l’impact d’une réduction de l’abondance du renard sur des populations de lièvre d’Europe a été conduite. Elle vise à comprendre l’impact des prélèvements sur la dynamique des populations de renard, à travers l’estimation de la structure d’âge des prélèvements et des paramètres de reproduction de l’espèce. 

 

Chef de projet
Sandrine Ruette

Équipe

Michel Albaret, François Léger, Jean-Michel Vandel, Jérémy Larroque (doctorant).

Partenaire scientifique
Université Lyon 1/CNRS UMR 5558, Université Aix-Marseille/Institut Méditerranéen Biodiversité et Écologie.

 

Partenaires gestionnaires
Fédération nationale des chasseurs, Fédérations départementales et régionales des chasseurs, Associations de piégeurs agréés.

 

Points forts en 2012

  • Rédaction des évaluations de l’état de conservation du chat forestier, de la genette, de la martre, du putois et du vison d’Europe.
  • Lancement de l’enquête nationale sur la répartition actuelle du raton laveur et du chien viverrin.

Points forts en 2011

  • Lancement d’un projet visant à évaluer l’influence du réseau de haies dans la facilitation de la prédation par les petits carnivores en zone avicole bressanne (projet DIVA3 du MEDDTL avec l’Université Lyon 1).
  • Publication des résultats sur l’identification du chat forestier et des « hybrides » chat forestier-chat domestique par la génétique.

 

Points forts en 2010

  • Publication d’une version actualisée de la carte de répartition de la genette en France.
  • Lancement d’une étude sur l’écologie du blaireau.

 

Points forts en 2009

 

  • Publication de la carte de répartition de la genette en France.
  • Publication des résultats des analyses génétiques réalisées sur le chat forestier.

 

Exemples d’études et recherche

 

Estimations de la survie chez la martre et la fouine en Bresse : apport des modèles de capture-recapture multi-états.

 

Pas de perte de la diversité génétique dans quatre populations de martres en France

 

Écologie de la martre : l’apport de l’analyse K-select

Estimation d’un indice de fécondité chez le renard par l’examen des cicatrices placentaires

Chat forestier en France : les analyses génétiques ouvrent de nouvelles perspectives