Gestion des ongulés

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Articles associés

Gestion des ongulés

 

 

Les populations d’ongulés sauvages sont contrôlées principalement par la chasse.

En France la faune sauvage n’appartient à personne. Son statut réglementaire est dit « res nullius ». Le droit de chasser sur un territoire appartient à son propriétaire qui l’exerce personnellement ou le délègue à un chasseur dans le cadre d’un contrat ou du droit en vigueur.

L’Etat (département ou région) fixe le plan de chasse. Le plan de chasse est obligatoire depuis 1979 pour le cerf, le chevreuil, le daim, le mouflon, et depuis 1989 pour le chamois et l’isard.

Les objectifs de gestion sont doubles : maintenir une activité de chasse durable et des populations en équilibre avec leurs habitats en prenant en compte les autres usagers de l’espace (contrôle des dégâts agricoles et forestiers, objectifs de conservation, risques sanitaires, collisions, etc.).

Ils sont fixés au niveau départemental par les schémas de gestion cynégétique. Lorsqu’il n’existe pas de plan de chasse pour une espèce donnée (exemple du sanglier), le préfet peut décider d’un plan de gestion cynégétique, sur proposition de la fédération départementale des chasseurs.

Pour définir le nombre d’animaux à prélever il faut une bonne connaissance de la population que l’on souhaite chasser. Pour évaluer les effectifs d’une population d’ongulés, les gestionnaires ont eu initialement recours à des méthodes de suivi basées sur des observations directes (battues échantillon, comptages exhaustifs ou partiels). Mais il a été démontré que ces méthodes présentaient de nombreuses sources d’erreur et d’imprécision susceptibles de compromettre les objectifs de gestion. Actuellement on utilise les indicateurs de changement écologique (ICE) (anciennement « bio-indicateurs), qui permettent de traduire au cours du temps l’évolution de l’état d’équilibre entre les populations d’ongulés et leur environnement.

Le principe de base des ICE

Il repose sur le concept de densité-dépendance : à un certain niveau de densité les ressources disponibles pour un individu diminuent et peuvent entraîner des modifications biologiques sur sa survie, sa reproduction, ses performances physiques… globalement les performances des individus composant la population diminuent lorsque l’effectif progresse.

Trois types d’indicateurs

Cette approche par indices repose sur l’utilisation croisée de plusieurs indicateurs issus de trois types d’informations distinctes :

  1. l’abondance de la population (par indice d’abondance et non plus de comptage exhaustif) : indice kilométrique pédestre ou voiture, indice nocturne, indice ponctuel d’abondance ou indice pédestre d’abondance
  2. la performance des individus de la population : masse corporelle, longueur de la patte arrière ou de la mâchoire, mesures des cornes…
  3. l’impact des animaux sur l’habitat (indice de consommation et d’abroutissement).

Ces outils sont mis en place à l’échelle de gestion voulue (unité de gestion, massif etc) pour que les schémas départementaux de gestion cynégétique puissent s’en référer.
En fonction de la superficie de la zone à étudier il faut optimiser le recueil des données grâce à un plan d’échantillonnage adéquat. Des modèles existent pour chaque famille d’indicateurs, la démarche pouvant être proposée par l’équipe « Démographie et gestion des populations d’ongulés » du CNERA cervidés-sanglier (5 allée de Bethléem, 38610 GIERES).

Un minimum de 3 années de données est nécessaire, et l’étape finale repose sur l’interprétation croisée des résultats issus des 3 familles d’indicateurs. Des directives de gestion, en particulier celles relatives à l’élaboration des plans de chasse peuvent alors être proposées en fonction des objectifs préalablement fixés.

Tableau récapitulatif des ICE validés


Des fiches et publications techniques sont disponibles dans les pages de l’Observatoire de la grande faune et de ses habitats

 

 

 

 

 mise en ligne juin 2013

 

 

 silhouettes d'ongulés sauvages