Problèmes sanitaires chez les ongulés sauvages

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

Articles associés



Dominantes sanitaires chez les ongulés sauvages en France

 

 

En France, l’épidémiosurveillance des maladies des ongulés sauvages est assurée par le réseau SAGIR dont l’objectif est de diagnostiquer, d’une manière générale, les causes de mortalité des animaux sauvages (surveillance événementielle) et par la mise en œuvre de plans de surveillance ciblés sur certaines espèces et sur des maladies à impact économique ou zoonotique majeur (surveillance active). Concernant ces maladies, on citera :

la tuberculose bovine que l’on a détectée depuis une dizaine d’années chez les cerfs et les sangliers (et de manière pour l’instant très marginale chez le chevreuil) dans plusieurs départements. Ces ongulés sauvages peuvent devenir, au même titre que le blaireau, de véritables réservoirs rendant ensuite très difficile, voire impossible l’éradication de la maladie dans les cheptels bovins ;

Lien vers la fiche maladie élaborée dans le cadre de Réseau SAGIR


Tuberculose et faune sauvage : Où en est-on en 2012 ? - Hars J., Richomme C., Rivière J., Boschiroli M.L., 2013, Lettre Ongulés sauvages n°17

la brucellose porcine à Brucella suis biovar 2, qui est très largement répandue dans les populations de sangliers françaises (prévalence sérologique globale > 30%) et qui a eu pour conséquence la contamination d’élevages de porcs en plein air d’une trentaine de départements ;

Lien vers la fiche maladie élaborée dans le cadre de Réseau SAGIR

la maladie d’Aujeszky, totalement éradiquée du cheptel porcin depuis 2003, qui sévit chez les sangliers de plusieurs régions où des élevages de porcs en plein air ont été recontaminés (Loir et Cher en 2004, Pyrénées Atlantiques en 2011) de la même manière que pour la brucellose ;
Lien vers la fiche maladie élaborée dans le cadre de Réseau SAGIR

 

Maladie d’Aujesky dans l’Oise- Duont S., 2013, Lettre Ongulés sauvages n°17

 

la peste porcine classique, qui après plus de vingt années de surveillance chez les sangliers du nord-est de la France et six années de vaccination par voie orale des sangliers du massif des Vosges du Nord, semble avoir été jugulée… mais pour combien de temps ?? (on ne peut garantir aujourd’hui qu’au sein des populations très denses de cette région, le virus ait totalement disparu) ;

Lien vers la fiche maladie élaborée dans le cadre de Réseau SAGIR

 

 

la maladie de l’oedème (MO) chez le sanglier est considérée comme une maladie ré-émergente dans les élevages intensifs de porcs. Sous certaines conditions, certains sérotypes d’ E. coli pathogènes prolifèrent dans l’intestin grêle et produisent des toxines responsables de lésions artérielles. En résulte de l’oedème, des morts subites, des signes neurologiques consécutifs à l’oedème cérébral.

Lien vers la fiche maladie élaborée dans le cadre de Réseau SAGIR

Pour compléter cette fiche technique, une vidéo est disponible dans la page "Actualités sanitaires" du réseau SAGIR


la brucellose des ruminants due à Brucella melitensis, maladie totalement éradiquée chez les animaux domestiques depuis 2003, dont on vient de découvrir en 2012 un foyer actif chez les bouquetins du massif du Bargy en Haute-Savoie. Elle était passé inaperçue depuis plus de dix ans et a été en 2012 à l’origine d’un foyer bovin et de cas humains ;
Un foyer inattendu de brucellose à Brucella melitensis chez des ongulés sauvages du massif du Bargy en Haute Savoie , Hars J., Ripoche M., Anselme-Martin S. 2013

 

la fièvre catarrhale ovine (FCO ou « Blue Tongue »), maladie vectorielle qui a émergé en 2006 en Europe chez les ruminants domestiques, a balayé le territoire français en 2007 et 2008, et a touché de manière semble-t-il assez intense certaines populations de cerfs (le chevreuil étant resté quasi indemne), ce qui a laissé planer le doute d’un réservoir sauvage persistant ;

Lien vers la fiche maladie élaborée dans le cadre de Réseau SAGIR

 

la pestivirose des ongulés de montagne, due à un virus très proche de l’agent de la Border Disease ovine, qui provoque depuis le début des années 2000 de fortes mortalités chez l’isard et qui circule chez le chamois des Alpes ;
Lien vers la fiche maladie élaborée dans le cadre de Réseau SAGIR

 

les mortalités anormales de chevreuil (« MAC ») qui ont fait l’objet de nombreuses études depuis les années 1990 qui n’ont pas révélé de pathologies causales dominantes, mais plutôt des phénomènes multifactoriels de régulation densités-dépendants.

On constate donc que, suite à l’émergence récente de ces maladies contagieuses et à la croissance démographique de certaines espèces, et en particulier chez les ongulés, la faune sauvage est devenue un véritable acteur de la santé animale et de la santé publique, pris en compte de manière très sérieuse par les autorités sanitaires et le monde cynégétique.



Lien vers la page du réseau SAGIR

 

Rédaction Jean Hars mai 2013