Actualités sanitaires 2019

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 

Le bilan régulier des cadavres de sangliers est à retrouver dans la page « actualités PPA » de la rubrique SAGIR. (mise à jour au 04/07/2019)

Septembre 2019

Surveillance des infections par les virus West Nile et Usutu dans l’avifaune sauvage en France

Pour télécharger la synthèse préparée par l’ONCFS (Unité Sanitaire de la Faune) et le LNR (ANSES Laboratoire de santé animale, site de Maisons-Alfort) du 16 septembre 2019 (Pdf - 706Ko)

Département en surveillance SAGIR Renforcé pour la maladie de West Nile sur l'avifaune sauvage - Eté - Autmone 2019

West Nile Virus - Départements en surveillance SAGIR Renforcé juillet à fin novembre 2019

Départements ayant rapporté des suspicions cliniques

USUV - Départements ayant rapporté des suspicions cliniques
dans l’avifaune sauvage ou captive en 2019 et date de la
suspicion clinique (mois 07 ou 08). Le nombre de suspicions est
noté entre parenthèse lorsqu’il est différent de 1.

Août 2019

Renforcement de la surveillance du virus West-Nile dans les départements à risque 

Qu’est-ce que la maladie de West Nile ?
La fièvre West Nile est une maladie virale transmise par les moustiques du genre Culex (moustiques au corps jaune/marron) qui se contaminent exclusivement au contact d’oiseaux infectés. Les hommes et les chevaux sont des « hôtes accidentels », ils ne peuvent pas transmettre le virus.
Dans la plupart des cas, l’infection humaine à virus West Nile est dite « asymptomatique », c’est-à-dire que le patient ne présente aucun symptôme. Elle se manifeste dans certains cas, par un syndrome pseudo grippal (fièvre, douleurs, maux de tête). Elle peut, occasionnellement, provoquer des complications neurologiques.
Extrait de : https://www.paca.ars.sante.fr/west-...

Comme les années précédentes, la surveillance pour la maladie de West Nile est renforcée sur les espèces sensibles durant la période à risque.

Le protocole de surveillance cible les départements où la circulation du virus et la transmission à l’homme est la plus probable et vise les espèces les plus susceptibles de mourir du virus (la surveillance ne reposant, pour le moment, que sur la découverte, la collecte et l’analyse d’oiseaux morts ou moribonds).

 

Départements concernés : 66 ; 11 ; 34 ; 30 ; 13 ; 83 ; 06 ; 04 ; 84 ; 07 ; 26 ; 2A, 2B et 67

Départements en surveillance SAGIR Renforcé pour la maladie de West Nile sur l'avifaune sauvage. Eté-Automne 2019

Période de surveillance : été et automne (jusque fin novembre sauf si vague de froid plus précoce).

Espèces ciblées

Le réseau se mobilise pour que soient collectés, dans la mesure du possible, sous réserve de l’intégrité du cadavre et d’un état de fraicheur satisfaisant, et transmis(e) au laboratoire départemental d’analyses vétérinaires le plus proche :

  • Toute mortalité de bord de route concernant des espèces de l’avifaune ultra-vigilantes : corvidés (tout cadavre de pie ou de corbeau sur les bords de route peut être révélateur d’un trouble nerveux) et rapaces non souvent victimes de collisions. Un animal infecté par le virus de West Nile peut plus facilement être victime d’une collision, ce qui justifie de collecter et tester cette catégorie d’animaux.
  • Toute mortalité individuelle de rapaces diurnes ou nocturnes et de corvidés
  • Tout oiseau non viable présentant des signes neurologiques (pensez à filmer les signes cliniques)
  • Toute mortalité jugée anormale
          • de tourterelles turques en milieu urbain
          • de turdidés (merle noir et grive)
          • de laridés (goéland leucophée) en milieu urbain

 

Pour plus d’information :

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-a-transmission-vectorielle/west-nile-virus

Juillet 2019

Ré-émergence du virus USUTU

Crédit photographique  - Jean-Bernard Puchala Le réseau SAGIR a enregistré une mortalité anormale de merles noirs dans le département de la Moselle fin juillet 2019.  L’infection au virus Usutu a été confirmée sur ce foyer par le laboratoire national de référence de l’Anses. Le virus Usutu est un virus émergent d’origine africaine. Son cycle d’infection implique des moustiques ornitophiles et des oiseaux. Ce virus est détecté en France chaque année en période estivale depuis 2015. Toutefois, en 2018 sa circulation s’est révélée plus précoce et plus largement distribuée.

 

 

Juin 2019

Nouveau foyer de maladie de l’œdème chez le sanglier

Crédit : Guillaume Cochard Depuis juin 2019, le réseau SAGIR enregistre une mortalité anormale de sangliers dans le département de la Drôme.
La maladie de l’œdème a été diagnostiquée et explique cette mortalité.
L’agent responsable de la maladie de l’œdème chez le sanglier est un Escherichia coli. Sous certaines conditions, certains sérotypes d’ E. coli pathogènes prolifèrent dans l’intestin grêle et produisent des toxines responsables de lésions artérielles. En résultent de l’oedème, des morts subites, des signes neurologiques consécutifs à l’oedème cérébral. La maladie a été diagnostiquée pour la première fois sur des sangliers en 2013 en Ardèche. Elle est depuis lors régulièrement détectée en France.

 

PPA : Bilan des cadavres de sangliers au 4 juillet 2019

Avril 2019

Emergence de la maladie de Carré dans les populations de carnivores sauvages

Credit photographique : Serge Boue / ONCFS Pour la première fois à notre connaissance, des épisodes cliniques de maladie de Carré ont été mis en évidence sur des carnivores sauvages en France. Seuls 3 départements- frontaliers avec la Suisse ou l’Italie- ont déclaré des cas. La maladie de Carré est une maladie virale affectant les canidés, les mustélidés, les ratons-laveurs, et possiblement les marmottes et les félidés sauvages.
Ce n’est pas une maladie transmissible à l’Homme.
La maladie de Carré a une répartition mondiale et a été mise en évidence assez récemment en Europe chez les animaux sauvages : Espagne puis Italie (2006), Allemagne (2008), Suisse (2009), Belgique.
Un typage des souches a été réalisé afin de déterminer leur filiation avec les souches sauvages circulant dans d’autres pays européens. Les souches identifiées sont très apparentées entre elles et clairement apparentées aux souches identifiées sur la faune sauvage alpine d’Italie et de Suisse notamment.
Nous rappelons qu’il existe un vaccin, qui permet de protéger les chiens contre cette maladie.

PPA : Bilan des cadavres de sangliers au 25 avril 2019

 

Février 2019

Février 2019 : Déploiement des formations à la biosécurité sur l’ensemble du territoire

Crédit photographique : SAGIR Pour répondre au contexte sanitaire actuel et à l’évolution des foyers PPA en Belgique, une 40aine de formations à la biosécurité, co-organisées par l’ONCFS et l’ ADILVA (Association française des directeurs et cadres de laboratoires vétérinaires publics d’analyses) et dispensées par les Laboratoires vétérinaires départementaux seront organisées sur l’ensemble du territoire métropolitain dans les trimestres à venir. L’objectif principal de ces formations est de préparer les acteurs du réseau SAGIR à des interventions sur cadavres dans un contexte à risque de PPA et de façon plus générale, de maladies contagieuses. Les publics ciblés sont principalement les agents des Services Départementaux de l’ONCFS et les techniciens de FDC susceptibles d’intervenir dans le cadre du réseau SAGIR sur des cadavres de faune sauvage.

 

Janvier 2019

PPA : Bilan des cadavres de sangliers au 14 janvier 2019

 

Actualités sanitaires SAGIR 2018

Actualités sanitaires SAGIR 2017

Actualités sanitaires SAGIR 2016

Actualités sanitaires SAGIR 2014-2015

Actualités sanitaires SAGIR 2013

Actualités sanitaires SAGIR 2012