Unité Cervidés Sanglier : les projets en cours

Imprimer la page Version PDF de la page Transmettre cette page Nous contacter Agrandir le texte Réduire le texte

 

L’activité scientifique du CNERA cervidés-sanglier reste conforme à la présentation faite dans le rapport scientifique 2001. L’organisation en deux thèmes essentiels est maintenue : gestion des populations et interactions entre activités humaines et faune sauvage.

La mise au point d’outils pratiques de gestion des trois espèces (cerf, chevreuil et sanglier) constitue un objectif essentiel des travaux. En effet, leurs effectifs et leur répartition géographique continuent de progresser dans le pays, même si les statistiques enregistrées par le réseau de correspondants semblent indiquer un léger ralentissement de cette évolution. Néanmoins, à l’échelle nationale comme sur de nombreux départements, la situation du sanglier est très préoccupante. Aussi, un effort particulier a-t-il été consacré à cette espèce au cours de l’année 2002, qui devrait se prolonger dans les années à venir.

Les trois contributions illustrent la complémentarité des travaux de l’équipe et des partenaires réguliers tels que le CNRS, le Cemagref ou l’ONF.
 

Sur un plan scientifique, ils confirment, si besoin était, l’intérêt majeur des suivis de populations menés sur le long terme sur des territoires d’études et de l’établissement des statistiques annuelles de prélèvements cynégétiques. Sur un plan pratique, ils rappellent la double mission de ces actions de recherche : faire progresser la connaissance scientifique de haut niveau et conforter la place de l’établissement sur les thèmes qui lui sont confiés et répondre aux préoccupations pratiques des gestionnaires en apportant les outils de gestion ou d’expertise.

Un travail de thèse mené à Chizé a montré que la qualité de l’habitat d’un chevreuil (quantité et qualité des ressources alimentaires accessibles) influait fortement les traits d’histoire de vie individuels. La mise en évidence de l’importance de cette composante spatiale éclaire d’un jour nouveau le fonctionnement dynamique de cette espèce. A l’aide d’un modèle construit pour l’occasion, l’auteur a testé les effets de la qualité des habitats sur le fonctionnement numérique de la population et évalué les effets de l’intensité de gestion cynégétique (nombre et qualité des animaux prélevés). Si l’objectif de ce travail scientifique original était d’accroître les connaissances sur la biologie des espèces sauvages, les retombées pratiques sont évidentes : il se confirme plus précisément encore la nécessité de considérer simultanément les deux compartiments animal et habitat dans l’élaboration des mesures concrètes de gestion des populations.

Les conclusions essentielles des différentes investigations conduites sur les conséquences des tempêtes de décembre 1999 sur les ongulés sauvages sont résumées dans ce document. Les analyses réalisées comparent des résultats obtenus avant tempêtes à ceux enregistrés immédiatement ou au cours de l’année suivant celles-ci (tableaux de prélèvements cynégétiques, utilisation de l’habitat par des chevreuils radiopistés, taux de fécondité ou survie de chevreuils). Elles montrent que ces phénomènes climatiques n’ont en définitive pas eu de conséquences immédiates sensibles sur le développement des populations. Elles conduisent à proposer des mesures concrètes de gestion des espèces animales concernées.

 

Le suivi patrimonial des espèces est réalisé par le réseau de correspondants ONCFS-FDC. Son organisation et son fonctionnement général sont expliqués en développant deux exemples : l’inventaire zoogéographique des massif à cerf élaphe et l’analyse des tableaux de prélèvements départementaux et communaux. Les données collectées par les correspondants départementaux sont désormais gérés dans une base relationnelle qui permet, entre autres, une consultation rapide et surtout l’établissement de synthèses nationales ou régionales. Cette procédure a largement simplifié les restitutions de données régionales nécessaires pour l’élaboration des ORGFH.

François Klein, responsable du CNERA Cervidés – sanglier

Source : Rapport scientifique 2002, ONCFS - juillet 2003
Contact : cneracs@oncfs.gouv.fr